ITW : L’Artéphile (Avignon) joue la carte de la transdisciplinarité

Il est venu le temps, pour le théâtre Artéphile, de proposer son premier projet transdisciplinaire autour de la représentation de Fille du Paradis, d’après Putain de Nelly Arcan, mise en scène par Ahmed Madani. A cette occasion, Anne Cabarbaye, la directrice du lieu, nous raconte tout, après une visite de l’exposition, préambule au spectacle.

Vue de l’exposition « Fille du Paradis » ©Patrice Calissano

Des sons accueillent le public, mélange de voix, de musique, de mots répétés à l’infini.
Rêvé comme un projet transdisciplinaire, l’exposition, en préambule à la représentation de Fille du Paradis, marque le début de la réalisation des envies qui anime la directrice Anne Cabarbaye.

La projection d’un interview d’Ahmed Madani, et de sa comédienne, Véronique Sacri, dans la salle de théâtre, pose le sujet de leur pièce, la prostitution et la place de la femme dans cette relation commerciale.

La salle d’exposition rassemble les œuvres de Laure Boin, Amélie Joos et Laure Vallès. Chacune a lu le récit de Nelly Arcan et a transformé le récit en œuvres vidéos, plastiques et photographiques.

Les sons qui résonnent aux oreilles du visiteur le plonge dans une certaine attente. Si une femme-chouette à effeuiller et un bestiaire féminin (œuvres de Laure Boin) nous accueillent, les yeux se posent sur un ensemble de dessin (Amélie Joos) que l’on met instinctivement en relation avec les paroles entendues lors de la projection.

Ensemble de dessins d’Amélie Joos ©Patrice Calissano


Des chaises en fond de salle invitent à l’assise. Caché par un rideau noir, un écran se dévoile et les œuvres sonores se succèdent : Sehnsucht, Ich Lieb Dich, Let me be your Princess, Cocon, d’Amélie Joos et Le corps féminin et équilibre de Laure Vallès.
Chacune des artistes aura livré une partition artistique, à la hauteur du texte puissant.

« Cocon » d’Amélie Joos ©Patrice Calissano

On ne saurait trop vous conseiller de vous rendre le samedi 11 mars, à la soirée exposition-spectacle et de vous laissez prendre au jeu d’effeuiller la femme-chouette, ou encore de sentir monter la pression avec l’oeuvre Ich Lieb Dich et d’être hypnotisé par l’œuvre Cocon.

« La femme à effeuiller » ©Patrice Calissano

Anne Cabarbaye a répondu à nos questions.

Laurent Bourbousson

FILLE DU PARADIS
D’après « Putain » de Nelly Arcan
Avec : Véronique Sacri / Adaptation et mise en scène : Ahmed Madani
Conseiller à la scénographie : Raymond Sarti / Création sonore : Christophe Séchet / Sur des musiques de : PJ Harvey / Lumières : Damien Klein / Régie: Jérémy Gravier

Samedi 11 mars 2017 à 21h
Ouverture des portes à 19h00 : Accès libre à l’exposition
Tarif plein : 21€ / Tarif réduit : 15€
Réservations : 04 90 03 01 90 / resa@artephile.com
Durée : 1h05

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *