Portraits et regards de festivaliers

Avec Portraits et regards de festivaliers, Bernard Gaurier tente de dresser une cartographie de celles et ceux qui arpentent les rues d’Avignon en juillet. Aujourd’hui, Thierry.

Je m’appelle Thierry, j’ai 52 ans et j’habite à Rochefort du Gard.
 
Depuis quand allez-vous voir des spectacles ? En quoi c’est important pour vous ?
Voilà 30 ans que je vois des spectacles sur Avignon. Tout d’abord j’adore l’ambiance du festival. J’aime découvrir de nouvelles créations, revoir des anciennes. C’est pour moi un vrai moment de détente. Ce sont des moments où je me lâche, émotionnellement parlant !
 
Le festival, depuis longtemps ? Plutôt In ou Off ? Théâtre, danse, cirque, musique… ?
Avant j’étais plutôt In. J’ai vu des merveilles dans la cour d’honneur du palais. À une époque, il y avait toujours une pièce de Shakespeare dans cette cour, j’y suis allé très souvent. Mais la course aux billets, le prix, et certaines mises en scène ont eu raison de mon goût pour le In. Je me consacre au OFF et plutôt au théâtre, quoique j’adore certains spectacles de clown.
 
Un spectacle marquant/fort pour vous sur cette édition ? Pourquoi ?
Ah non il ne faut pas me demander d’en choisir 1. La clé de Gaia sera mon premièr choix. J’ai adoré le jeu de l’actrice, la musique qui l’accompagne. Elle nous entraîne dans son quotidien, dans ses rêves, ses passions. Elle nous invite dans sa famille. J’ai été très ému mais j’ai beaucoup ri aussi. Mon deuxième choix sera pour Le colonel oiseau. Un spectacle sur la folie, plein d’énergie. Les acteurs sont géniaux. Et je vais donner un troisième choix : Jacqueline Auriol ou le ciel interrompu de et avec Pierrette Dupoyet. Voilà 10 ans que je vois tous ses spectacles et jamais je ne suis déçu. J’ai adoré Le chien aussi D’Eric Emmanuel Schmidt : le texte est magnifique et les acteurs excellent. J’ai beaucoup aimé aussi Chagrin pour soi et Voyage en ascenseur : beaucoup plus légers, mais les textes de Sophie Forte sont très biens.
 
Un spectacle déception /colère sur cette édition ? Pourquoi ?
Je n’ai pas du tout aimé Zorozora, une histoire de la musique. Les musiciens sont pleins d’énergie, mais le son n’était pas bon, la musique était parfois fausse. Dans la salle certains ont adoré, moi pas.
 
Un rêve de festivalier ?
Il y a des dizaines de spectacles que j’aurai aimé voir : Camille contre Claudel notamment, et surtout Finetuning. Je rêve quand même que ce festival garde son ambiance : c’est un moment où l’on parle avec tout le monde, on se conseille, on fait des rencontres. Pour la plupart, les gens sont détendus, personne n’essaye de te passer devant dans la file d’attente ( ou si peu…..). Je regrette quand même le temps où de grands spectacles se jouaient gratuitement dans la rue.

Et si le cœur vous en dit, le questionnaire se trouve ici : Portraits et regards

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *