Impressions#10 : Eric Reinhardt-Feu! Chatterton

Festival d’Avignon. Cour du Musée Calvet
Lecture de L’AMOUR ET LES FORÊTS.

Feu! Chatterton. Je ne connaissais pas. C’est une révélation. Un peu Bashung, un peu Noir Désir, un peu Arthur H…..mais tellement lui.
C’est une présence, ce sont des regards, des yeux et des gestes, des mouvements aussi. C’est à la fois présence et retrait, c’est la poésie du regard, l’insolite des yeux perdus loin devant lui, ce sont ses mains qui rythment un Gainsbourg éloigné.
Benjamin Clementine, Antony and the Johnson et maintenant Feu! Chatterton.
Un groupe soudé par le désir de donner autre chose qu’un simple concert. Ils racontent des histoires.

Éric Reinhardt est là avec eux et on sent qu’il les adore. Il les mets en avant, il les adore.
Belle et énorme osmose. Ils se renvoient la balle… Il dit, ils chantent, il danse, ils disent.
Le texte est beau…Sur un écart d’une vie amoureuse, sur un homme pervers narcissique.
Pas aimable l’auteur mais digne et sévère. Il est bien. Droit et absolument direct avec ses mots scandés et imposés. Belle présence.
C’est une lecture/concert et c’est un tout. Une belle réussite car tout s’imbrique à merveille.

Eric Reinhardt et Arthur de Feu! Chatterton - ©Francis Braun

Eric Reinhardt et Arthur de Feu! Chatterton – ©Francis Braun

Enfin une pépite dans ce Festival. Et puis, à ceux qui me demandent comment choisir les spectacles… et bien faites comme moi, allez-y au feeling ! Je ne connaissais pas et cependant, j’ai pris des places. Ce fut ainsi pour Macaigne, Philippe Quesne, Kristian Lupa, Pippo Delbono à l’époque. ..
Faut suivre son instinct.

Quel bonheur d’avoir été là. Cela va sans dire, je vais lire Éric Reinhardt et écouter ces fous merveilleux.
La belle écriture et les belles paroles, un écrivain qui bouge aux sons et des musiciens qui racontent les Vosges dans la cour belle du Musée Calvet… un peu de bonheur et c’est bon.

Francis Braun

Share