Vu dans le OFF 2015 : Mickaël Phelippeau Avec Anastasia (forme courte)

En février dernier, Mickaël Phelippeau avait évoqué son projet en cours, lors de son interview (à retrouver ici), et nous avait donné rendez-vous en juillet pour sa présentation à La Parenthèse-La Belle Scène de Saint-Denis-Théâtre Louis Aragon. C’est le 14 juillet que le public a pu faire connaissance Avec Anastasia. Retour.

Mickaël Phelippeau a la faculté de savoir écouter son interprète et de tisser avec lui, un lien profond, indescriptible, qui met en place une confiance mutuelle et indéfinie afin de dépasser les limites de l’interprétation. Avec Chorus, présenté en février dernier dans le cadre du festival Les Hivernales, il travaillait avec une chorale d’amateurs sur le phrasé de Nicht so traurig, nicht so sehr de Bach. Le travail s’en trouvait singulier, riche et bouleversant. Ici, avec Anastasia Moussier, il poursuit sa radiographie de nos jeunesses, entamé avec Pour Ethan, et signe un bain de jouvence chorégraphique.

Anastasia, un sacré bout de femme
Au début, le public n’entend que sa voix. Elle se présente, et déjà de par son intonation, il se dégage une forte personnalité.
Puis, elle apparaît portant une housse de guitare sur une épaule, et sur l’autre, un sac à dos. Elle installe sur la table (qui prendra soit des allures de table de classe ou de cuisine) tout ce qui fait d’elle une adolescente d’aujourd’hui : une trousse, un agenda, son portable, ses objets fétiches (que nous avons tous !) et met à sonner un réveil. Le temps est compté, et sera conté : 30 minutes pour la découvrir.
Anastasia est une jeune fille totalement enivrante. De par son jeu de scène, de par sa fraîcheur, de par sa naïveté d’enfant aussi (elle qui a participé à des concours de Mini-Miss mais qui en est revenue depuis), elle guide le public dans sa vie. De sa Guinée natale à son arrivée en France, elle met ses mots sur le coup d’Etat qui a ébranlé son pays, cette balle perdue qui est venue s’écraser sur un mur juste à côté de sa tête… Comme une détonation qui engage à profiter de la vie, pleinement et certainement.
Et elle en a de la vie à revendre Anastasia. C’est cela qui a pu plaire et séduire Mickaël Phelippeau. Elle donne sans arrière-pensée et dévoile des scènes de vie privée, tournant le tout en dérision (formidable scène des parents revenant de Guinée, après une année passée loin des enfants et offrant des cadeaux et du matériel de cuisine à Anastasia) avec des instants de solennité (moments furtifs de prière) pour mieux partager son coupé-décalé. Le terrain intime mis dans l’espace public est fait avec intelligence et questionne le métissage des cultures. Ici, il prend des allures de syncrétisme qui échappe bien souvent à certains. Pourquoi trancher, pourquoi tout cliver alors que tout peut se vivre normalement ?

Tout comme Mickaël Phelippeau, Anastasia Moussier est solaire. Elle illumine la scène et réveille le public endormi par la chaleur de juillet. Elle, qui s’assied pour jouer de la guitare et chanter Shakira, qui danse sur Shakira et finit par nous faire chantonner Shakira, est touchante de par son jeu désarmant de spontanéité, dans la fraîcheur de sa jeunesse. Elle fait du bien et permet de changer le regard, que nous pouvons porter à défaut, sur une jeunesse trop souvent renvoyée sur les bancs de la société.
Michaël Phelippeau réussit à inclure tous les codes de l’adolescence pour mieux nous montrer leur vitalité. Anastasia ira même jusqu’à faire son selfie en fin de représentation. Un selfie qui marque à tout jamais ce moment de partage et de joie dans nos mémoires et celles d’internet.

Selfie by Anastasia Moussier

Selfie by ©AnastasiaMoussier – fbAnastasiaMoussier

C’est autour de cette table, dont il était question plus haut, que Mickaël Phelippeau et Anastasia Moussier ont partagé un hommage au Forum du Blanc-Mesnil sous forme de jeu. Un jeu de gobelets populaire pour un théâtre populaire, qui n’est malheureusement plus, mais Le Forum continue hors-les-murs.

Avec Anastasia (forme courte) a été vue le 14 juillet 2015 à La Parenthèse – Belle Scène Saint-Denis au Off d’Avignon.

Dans la région :
Avec Anastasia (forme courte) : 22 septembre 2015 – Scène Nationale Le Merlan – Marseille ; Avec Anastasia : 23 et 24 janvier 2016 – Scène Nationale Le Merlan – Marseille.
Pour Ethan : 23 et 24 janvier 2016 – Scène Nationale Le Merlan – Marseille ; 27 février 2016 : Théâtre d’Arles

Laurent Bourbousson

Share

Mickaël Phelippeau

Rencontre avec Mickaël Phelippeau à l’occasion de la recréation de Chorus (on peut même parler de création) et de son exposition Bi-Portrait dans le cadre du festival Les Hivernales.

#1 : Le projet Chorus

#2 : Son travail avec les ensembles vocaux

#3 : L’exposition Bi-portrait

#4 : Les 30 ans des CCN

#5 : Portrait Anastasia – Création 2015

Rencontre enregistrée le 26 février 2015 dans l’église des Célestins (Avignon) et le 27 février 2015 à la Maison Jean Vilar (Avignon).

Laurent Bourbousson

Share