Les Silences Obligés #3

Cela fait un petit moment que les nouvelles du côté du Suivi de Création, pour Les Silences Obligés,se font rares. Et pour cause, Nacim Battou, interprète de ce duo, blessé au genou, a du interrompre les répétitions. La première qui devait avoir lieu au Théâtre de Nîmes, le 22 octobre, fut annulée. Il existera bien une date à Florac, au théâtre de la Genette verte, le 21 novembre 2014, avec Santiago Codon Gras.

Cependant, ce n’est pas pour autant que les échanges avec Nabil Hemaïzia cessèrent. Bien au contraire, ils furent nombreux et je partageais alors de près les réflexions et questions de tous créateurs face au doute. Retour sur ces moments.

Nabil Hemaïzia devant la table de travail sur laquelle les prises de notes ont trouvés place.

Nabil Hemaïzia devant la table de travail sur laquelle les prises de notes ont trouvés place.

Je les avais quitté la semaine précédant leur départ pour Florac, mi-septembre. La suite de la création, qui se passerait au théâtre de la Genette verte, permettrait de finaliser l’écriture chorégraphique, de travailler sur les intentions ainsi que le jeu des danseurs. Je venais de voir quelques 20 minutes de la création. Les pistes étaient bien là et les liaisons de l’histoire à affiner.

Nacim Battou à l'issue de cette répétition

Nacim Battou à l’issue de cette répétition

De retour de Florac, et avant que Nabil Hemaïzia ne parte en tournée au Liban pour Et des poussières… avec le Collectif 2 temps 3 mouvements, nous avons eu l’occasion d’échanger autour de cette semaine passée sur les terres lozériennes. La semaine de résidence avait été fécond : les questionnements se gommaient peu à peu, ce qui permettait une approche plus incisive du sujet ; Nacim Battou travaillait en profondeur son rôle, Nabil se concentrait sur la justesse des interprétations et pouvait alors envisager la scénographie et le travail sur les lumières avec sérénité. Tout ceci allait se construire sur ces envies, ces projections.
De retour du Liban, début octobre, et après la reprise des répétitions, Nacim Battou blessé au genou a du mal à enchaîner les mouvements. Le diagnostic tombe : Nacim ne peut continuer.
Nabil Hemaïzia se retourne vers Santiago Codon Gras, présent dans la création Prêt-à-Penser. Il lui propose la reprise du rôle, mais les questionnements commencent à poindre : comment reprendre un rôle qui était entrain de se construire ?, comment Santiago trouvera sa place dans une création en devenir ? ; le délai est-il alors suffisant pour qu’un nouvel interprète s’empare de ces silences obligés qui constellent la pièce pour en faire son interprétation et sans remettre alors le travail jusqu’ici effectué en question ?
Nabil Hemaïzia se retrouve seul face à ces questions.
Les premières sessions de répétition avec Santiago sont repoussées suite aux inondations que connaît la région du Languedoc-Roussillon. Les jours se suivent et d’autres nouvelles viennent parasiter la tenue du projet.
La décision de ne pas maintenir la première date par faute de temps de travail est prise. Je me sens alors soulagé car les événements concomitants ne permettaient la belle création que seront Les Silences Obligés.

Nous continuerons à suivre la création autour de ce projet qui verra alors le jour sur la saison 2015-2016.

Laurent Bourbousson

Share