VU : et « les enfants du désert (chimères) » prennent vie

L’Agence Perpétuelle de Fabrication (Avignon) a ce savoir, celui de vous raconter des histoires et de vous les transmettre afin qu’elles continuent à grandir en chacun. Avec les enfants du désert (chimères), elle crée une oeuvre collective et élabore une déambulation à l’intérieur des Ateliers d’Amphoux. Retour sur une exposition à vivre.

©Johann Fournier

©Johann Fournier

Lire la suite

Share

Les atomes artistiques de l’Agence de Fabrication Perpétuelle (Avignon)

Interview d’une partie de l’équipe de l’Agence de Fabrication Perpétuelle pour l’installation-exposition-performance Les enfants du désert (chimères), à découvrir du 28 octobre au 5 novembre, aux Ateliers d’Amphoux (Avignon). Jonathan Bénisty, musicien, Carole Bordes, danseuse, Johann Fournier, agitateur, et Laetitia Mazzoleni, auteure et metteuse en scène de la compagnie, vous expliquent tout.

©Johann Fournier

©Johann Fournier

Lire la suite

Share

« De lui-même » : Noam Cadestin et les techniciens du spectacle vivant, une aventure humaine

Le metteur en scène Noam Cadestin a été retenu, par l’Institut Supérieur des Techniques du Spectacle (ISTS) Avignon, pour coordonner les formations « Régisseur du spectacle » et « Chef machiniste/Régisseur plateau ». La formation a donné naissance à De lui-même. Retour.

De lui-même - ©Noam Cadestin

De lui-même – ©Noam Cadestin

Lire la suite

Share

Vu : L’homme dans lequel habite une forêt, une déambulation qui vous veut du bien

Tout commence par le son de bruissements d’insectes enfouis sous terre et cette forêt imaginée par Nathalie Drevet. Ces bruissements se fondent aussitôt dans une musique. Le voyage commence.

Entrée de la déambulation L'homme dans lequel habite une forêt

Entrée de la déambulation L’homme dans lequel habite une forêt


Cette installation a été pensée par Johann Fournier et Sébastien Piron. Une envie de se mesurer à la transdisciplinarité certainement. L’un manie l’art vidéo et la photographie avec onirisme, et l’autre la musique avec élégance. Rejoint, dans le projet, par Nathalie Drevet pour la partie dessin, ils ont, à eux trois, réfléchi a cet odyssée, non pas dans l’espace, mais à l’intérieur de l’homme dans lequel habite une forêt. Et cet homme est notre semblable.

« On a eu envie de se faire plaisir », me dit Sébastien Piron. « Cela fait un an que nous travaillons sur ce projet, sur plan 3D pour nous projeter. Afin de le présenter, il nous fallait une structure administrative. Nous l’avons proposer à Noam Cadestin (metteur en scène de la compagnie On est pas là pour se faire engueuler-Agence de fabrication perpétuelle), avec lequel nous travaillons par ailleurs, et il nous a tout naturellement suivi ».

Durant une semaine, les visiteurs de cette forêt imaginaire vont arpenter les différents espaces de la chapelle des Pénitents blancs, à Avignon. Habiter la forêt durant quelques minutes, c’est réhabituer son œil à regarder, c’est se déconnecter de notre rythme et prendre le temps de vivre l’instant présent. La musique de Sébastien Piron aiguise le sens de la perception et projette alors l’imaginaire individuel dans une réalité augmentée.

Détail d'un globe suspendu

Détail d’un globe suspendu


Le visiteur est invité à se glisser dans un tunnel afin de scruter la colline aux esprits. Les variations de lumières permettent de voir et de se rendre compte des menus détails qui peuplent cet endroit magique.

Par ailleurs, la vidéo de Johann Fournier, projetée sur un des murs, ouvre l’horizon. Assis sur un bloc de bois, le visiteur s’évade et la musique de Sébastien Fournier est le chamane qui établit le contact avec les âmes de la nature.
L’arbre en caoutchouc et la forêt sous marine ne sont pas sans rappeler les catastrophes écologiques que subit l’environnement par l’intervention de l’homme.

Forêt sous-marine. Détail

Forêt sous-marine. Détail


La déambulation prend fin avec ce sas de récupération, disloqué, pour laisser prendre conscience au visiteur que la forêt est en chacun d’eux. Le regard croisera en dernier cette formidable photo, montrant l’intérieur d’une forêt et en son centre cet homme qui va vers, sorte de mise en abîme pour laisser à chacun une empreinte.
« Nous vivons une semaine formidable, les visiteurs ressortent avec le sourire et nous remercie pour ce moment passé » me confie alors Sébastien Piron.

Laurent Bourbousson
L’homme dans lequel habite une forêt, installation éphémère, a été visitée le 4 mars 2015. Visible du 1er au 8 mars. Chapelle des Pénitents blancs (Avignon).

Share