Vu #OFF16 : Julien Gros et ses mauvais rêves de bonheur

Présentée en novembre dernier au Théâtre Golovine, structure à laquelle il est artiste associé, Julien Gros revient avec la proposition Mauvais rêves de bonheur durant le festival #OFF16. Retour.

Mauvais rêves de bonheur © Caillou phototographe

Mauvais rêves de bonheur © Caillou phototographe

Lire la suite

Share

Abdou N’gom [Cie Stylistik] présente TACT, sa dernière création.

Abdou N’gom, directeur de la Compagnie Stylistick, sera sur le plateau du Théâtre Golovine, le 22 avril, pour sa dernière création Tact. Interview autour de cette dernière née, de son évolution au sein de la compagnie et de son métier de chorégraphe.

TACT - ABDOU N'GOM

TACT – ABDOU N’GOM ©Clemence Richier

Lire la suite

Share

Interview : Ioulia Plotnikova (Cie TanZoya) pour « The word’s room ».

Ioulia Plotnikova (Cie TanZoya) est une danseuse de caractère. Elle présente sa dernière création The word’s room au Théâtre Golovine (Avignon). Interview.

Ioulia Plotnikova dans The word's room ©Gonzalo Garzo

Ioulia Plotnikova dans The word’s room ©Gonzalo Garzo

Lire la suite

Share

Rencontre : La saison d’Aude Barralon du Théâtre Golovine

Une ouverture aux différentes expressions chorégraphiques, des expositions, un appel à projet chorégraphe résident…, les projets ne manquent pas au Théâtre Golovine (Avignon). Rencontre avec Aude Barralon, directrice du lieu, pour une présentation de saison en tête à tête. Lire la suite

Share

Miguel Nosibor : « J’ai eu envie de rencontrer les mots »

Miguel Nosibor présente sa nouvelle création au Théâtre Golovine. Rencontre avec celui qui se frotte à la voix de l’écrivain Raharimanana dans le duo Empreintes.

Miguel Nosibor et Raharimanana dans Empreintes © Yann Marquis

Miguel Nosibor et Raharimanana dans Empreintes © Yann Marquis

Lire la suite

Share

Aude Barralon, directrice à temps complet

Rencontre avec Aude Barralon, directrice du Théâtre Golovine (Avignon), à l’occasion de sa deuxième saison. Fait assez rare pour ne pas le souligner, il s’agit d’une femme à la tête d’un lieu qui fait sa place sereinement, tranquillement mais certainement. Lire la suite

Share

Boudoir du Off #9 : Chantal Loïal

Sa compagnie vient de fêter ses 20 ans d’existence. C’est avec deux spectacles que nous la retrouvons dans le off : On t’appelle Vénus à la Chapelle du Verbe Incarné, et Noir de boue et d’obus, au Théâtre Golovine, que je vous recommande fortement.
Noir de boue et d’Obus braque son projecteur sur ces soldats français venus des Antilles-Guyane, sur les tirailleurs sénégalais, pan d’histoire encore trop méconnue dans la France hexagonale.
Chantal Loïal a été décorée de la Légion d’Honneur en mars 2015.

00:03 : Le solo On t’appelle Vénus
07:07 : A propos de Noir de boue et d’obus
11:29 : La représentation des français d’Outre-Mer dans les institutions

Interview enregistré au Théâtre Golovine
Laurent Bourbousson

Share

Boudoir du Off #8 – Yourik Golovine – Off 2014

Shadowrama est un conte philosophique chorégraphié dans lequel Yourik Golovine interroge nos raisons d’être et bouscule notre perception de la nature humaine. L’émouvant Shadowrama se voit les jours pairs au Théâtre Golovine, jusqu’au 26 juillet. Entretien autour de la création et du Théâtre Golovine avec le chorégraphe et directeur Yourik Golovine :

L’à-propos de Shadowrama :

Vous pouvez ressortir émus de certaines propositions. Shadowrama de Yourik Golovine en fait partie. Accompagné de Ioulia Plotnikova, ce duo agit comme une méditation.
Tour à tour animale, douce et féroce, la composition chorégraphique nous plonge dans un état méditatif pour rechercher notre véritable nature humaine. La création vidéo de Johann Fournier apporte le prolongement aux mouvements dansés et trouve toute sa place dans cette proposition.
Yourik Golovine signe une partition dans laquelle il place l’être humain au centre de son propos et nous démontre à quel point nous sommes des êtres fragiles, composés de particules qui se font et se défont au gré du temps.
Un beau duo pour un moment émouvant.
A voir jusqu’au 26 juillet.

Laurent Bourbousson

Share