VU #OFF17 : Mélanie Perrier et Mickaël Phelippeau

Mélanie Perrier et Mickaël Phelippeau se partagent le plateau, en ce début de festival, à la Belle Scène Saint-Denis – La Parenthèse, jusqu’au 14 juillet.

Care (Vulnerability live score)

Care ©Stéphane Robert


10h00. Les corps des festivaliers s’éveilleront en douceur dans la cour de La Parenthèse. Mélanie Perrier propose Care, 2 duos interprétés simultanément par un couple de femmes et d’hommes, sur une musique de Méryll Ampe. L’univers sonore sculpte et développe, ainsi, des paysages imaginaires propres à chacun.
La création Care porte bien son nom. Chacun des interprètes n’est que bienveillance pour son double. Lorsque les corps se dissocient, sans perdre pour autant le contact, et se figent dans la tension qu’exerce la main qui retient, des œuvres picturales émergent de ces postures douces et sereines.
Si Mélanie Perrier base son travail sur le porté, figure chorégraphique genré, elle en modifie la perception le temps de la représentation. Qu’en est-il de voir 2 femmes et 2 hommes ne faire qu’un seul ensemble et quelles sont les images que nous projetons sur eux, émanant de la construction mentale de notre vie sociale ?
Les corps s’abandonnent ainsi dans un balancement d’énergie en vase communicant. La force se diffuse lentement de l’un à l’autre, dans une sensualité certaine.
L’image de fin renvoie à l’utile nécessité de résistance. Retenu par des mains, deux corps se penchent entraînés par la gravité, comme s’ils voulaient céder, tomber. Se pose ainsi la question : jusqu’à quel point pouvons-nous retenir un corps ? Jusqu’où pouvons-nous nous abandonner à l’autre ?
Care sonne cette bienveillance nécessaire au corps. Poser sa tête dans cette main tendue, écouter le corps de l’autre, le serrer contre soi, sont autant de pistes à suivre pour prendre soin de nous.

Juste Heddy

Heddy ©Mickaël Phelippeau


Mickaël Phelippeau parfait sa constellation de portraits d’adolescents et de jeunes adultes.
Il y a deux ans, Anastasia se prêtait au jeu. Aujourd’hui, c’est Heddy qui nous invite à partager ce moment.
Heddy, c’est le boxeur, le jeune abîmé par les coups durs de la vie, celui qui écoute et chante Allo Maman Bobo du rappeur L’Algérino, qui porte une bague Tête de mort et qui nous envoie les images construites sur la jeunesse des cités par les médias en pleine face.
Avec son naturel désarmant, Heddy explose tous les clichés et en joue. D’amalgames, qui lui feront payer sa place dans l’Armée Française, en galères, la candeur du personnage est telle que le réel prend le pas sur l’acte de la représentation. Et c’est ici même que Mickaël Phelippeau réussit à renouveler son travail tout en le poursuivant.
En effet, le chorégraphe n’a de cesse de mettre en forme des portraits, fruits d’une rencontre. Avec Juste Heddy, qui deviendra à terme Pour Heddy, il nous fait faire la connaissance de ce jeune adulte, sensible, charmeur, taquin, empli d’une ivresse de vivre ravageuse communicante. Aux adultes de l’accompagner, Heddy nous tend sa main.

Laurent Bourbousson

Care (Vulnerability live score), jusqu’au 14 juillet, à 10h00
Conception et chorégraphie Mélanie Perrier
Avec Marie Barbottin, Doria Bélanger, Massimo Fusco, Ludovic Lezin
Création musicale en temps réel Méryll Ampe
Régie générale William Guez
Assistante et consultante AFCMD Nathalie Schulmann (Analyse Fonctionnelle du corps dans le Mouvement dansé)
Consultant cirque Alexandre Fray

Juste Heddy, jusqu’au 14 juillet, à 10h00, précédé de Care (VULNERABILITY LIVE SCORE)
Pièce chorégraphique Mickaël Phelippeau
Avec Heddy Salem

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *