[ITW] Amine Boussa – Cie Chriki’Z – pour SEPTeM

25 octobre 2018 /// Les interviews

Amine Boussa et sa compagnie Chriki’Z seront à L’Autre Scène (Vedène) le samedi 27 octobre pour SEPTeM. Une bonne occasion de croiser le travail de cette compagnie, rare dans notre région, découverte cet été au CDCN Les Hivernales avec L’IniZio. Interview.

Alors qu’il peaufine sa nouvelle création PoTestateM (à découvrir au Festival Karavel à Vaulx-en-Velin, le 26 octobre), Amine Boussa a trouvé le temps de répondre à nos questions.

SEPTeM

Ouvert Aux Publics : Cet été, tu as présenté L’IniZio, une pièce de groupe, durant le festival d’été des Hivernales, pièce recréée et questionnée à nouveau pour l’occasion. Dans SEPTeM, tu nous présentes un ensemble de 7 personnalités qui se confrontent au groupe pour faire un ensemble. L’individu, le groupe, la cohésion, la confrontation sont des thèmes qui paraissent t’être chers. Quel en est la raison ?

Amine Boussa : Tout d’abord sur SEPTeM, il n y a pas de support de réflexion directe, comme je l’avais avec la peinture pour L’IniZio. La réflexion m’est venue plus de la vision consciente ou inconsciente de chez beaucoup de personne du rapport féminin/danse hip-hop. J’ai été souvent confronté à un discours du genre : « c’est rare de voir des femmes dans le hip-hop », « elle break bien pour une fille », « elle danse un peu comme un mec » alors qu’en même temps il y avait ce genre de discours « les hommes assument enfin leur sensualité dans le hip-hop », ce qui est très bien au demeurant.
Mon souhait était de mettre en scène des danseuses avec une forte personnalité assumant complètement leur place dans ce milieu, et de leur permettre d’être ce qu’elles sont car, à mon sens, une femme, comme tout autre personne, doit être libre comme elle l’entend et non comme on veut qu’elle le soit. SEPTeM est donc « le voyage » de sept danseuses dans un univers pouvant être violent ou doux, dans un rapport de conflit ou d’apaisement.

OAP : Qu’est-ce qui a changé, s’est modifiée, affinée… dans ton écriture chorégraphique Depuis L’IniZio ?

A. B. : Même si on retrouve ma signature dans la mise en scène, je pense que SEPTeM n’est pas obligatoirement une évolution de ce que j’ai pu faire sur L’IniZio. Au moment où je formule cette réponse, je suis à la veille d’une générale de PoTetstateM, ma nouvelle création, qui est aussi bien à part et pas forcément une évolution de mes trois autres pièces, même si on retrouve l’identité de la compagnie. J’aime me lancer des défis : me prendre à contre-pied, me sortir de ma zone de confort tout en gardant ce questionnement : comment pouvons-nous vivre ensemble en se questionnant sans cesse sur nos libertés ?

Le travail de la compagnie

OAP : Dans le titre de tes pièces, tu mélanges majuscules et lettre minuscules. Pourquoi ?

A. B. : Le nom de la pièce arrive quasiment en même temps que l’idée générale. Je me pose du coup très vite la question de comment détourner le titre pour que les gens ne comprennent pas avec une première lecture. Ce qui explique le fait que les noms de mes créations soient en langue étrangère. Le jeu entre les minuscules et les majuscules est là pour donner un aspect graphique au titre. C’est sûrement des restes de ma passion première étant plus jeune : la peinture et le dessin.

OAP : On perçoit, dans ton travail, un esprit collaboratif. Est-ce que je me trompe ?

A. B. : Le choix de l’équipe, qu’elle soit plateau ou technique (créateur lumière, musique et costume…) est primordial, et pas uniquement pour leurs qualités professionnelles de danseurs ou de techniciens, mais surtout pour leurs personnalités et ce qu’elles peuvent apporter au propos. J’ai toujours l’idée globale, ainsi que la trame du spectacle, et autour de cela, je partage énormément mes pensées avec l’ensemble des personnes qui participent au projet. Comme point de départ, à toutes mes pièces, il y a une idée venant de moi mais son résultat est celui de grandes collaborations. Cela est extrêmement important pour moi afin que l’intégralité de l’équipe se sente investie.

Propos recueillis par Laurent Bourbousson
Crédit Photo : Alain Scherer

SEPTeM est à découvrir à L’Autre Scène (Vedène), ce samedi 26 octobre 2018. Renseignements : Site web
Chorégraphie Amine Boussa, assisté de Jeanne Azoulay | Interprètes Jeanne Azoulay, Sonia Bel Hadj Brahim, Melissa Cirillo, Carole Dauvillier, Cécile Delobeau (ou Amel Sinapayen), Emilie Schram (ou Laura Luca), André Mondoloni | Lumières Fabrice Crouzet | Musiques originales additionnelles Yvan Talbot | Costumes Claude Murgia

Bande annonce de SEPTeM