VU #OFF18 Thomas Poitevin et Véronique Royer racontent la vie

VU #OFF18 : Thomas Poitevin et Véronique Royer racontent la vie

1 août 2018 /// Les retours - VU #OFF

Durant ce #OFF18, nous aurons remarqué que le phénomène du seul en scène se développe à vitesse grand v et que cela semble être exponentiel, malheureusement pour ce genre de propositions. On s’arrête sur deux d’entre elles qui en proposent une autre lecture : Les désespérés ne manquent pas de panache de Thomas Poitevin et Respire de Véronique Royer. Retour.

Les désespérés, des portraits sensibles d’une société en mal d’être

Thomas Poitevin présente avec Les désespérés ne manquent pas de panache une kyrielle de portraits. Co-écrit avec Hélène François, le comédien aurait pu trébucher sur cet exercice mais c’est avec une certaine aisance qu’il excelle dans ce registre. Il déplace le regard et les attentes que le public peut avoir pour ce genre de proposition.

Marco, Stéphanie, François et les autres…

Dans ce seul en scène, mené tambour battant durant une heure, on rencontre les désabusés de la vie, les laissés-pour-compte. Chaque interprétation demande au comédien une métamorphose, un jeu et une interprétation spécifiques. On croise ainsi Marco, Stéphanie, François, Charles et toute une constellation de confessions intimes bien pensées.
L’écriture des Désespérés repose sur un assemblage improbable de vies croisées ici ou là, très bien mis en scène. Cette proposition prend des allures de réalisation en direct de l’émission Strip-tease pour laquelle les auteurs croquent, avec joie, les individualités de chacun pour laisser place à l’enthousiasme suscité par des petites joies de leur vécu, vécu que l’on pourrait considérer comme étant leurs misérables existences.

Thomas Poitevin se met à nu, au sens propre, dans cette série de portraits. Il les expose, les met en lumière et pousse la démonstration jusqu’à ce que tout un chacun prenne conscience qu’il porte en soi un brin de ces désespérés. La dernière image est d’une réelle beauté et nous posons alors un regard attendrissant sur un peu de nous. Que vous le vouliez ou non, Bienvenue dans cette communauté.

Respire ou apprendre à vivre sa vie

Véronique Royer a créé le personnage d’Alice pour Respire, sorte de miroir que la comédienne se tend puisqu’il s’agit de sa propre vie qu’elle décide de livrer sur un plateau. Respire est donc l’histoire de cette petite fille qui va se plier aux desiderata de ses parents et grandir dans un étau. Le principe de l’étau étant de comprimer ou oppresser, il faudra à Alice une bascule pour la pousser à vivre celle qu’elle est.

Une invitation au lâcher prise

À l’heure des ouvrages sur le bien-être et autres psychologies positives, Véronique Royer offre avec ce seule en scène une invitation au lâcher prise, à envoyer valser les attentes professées par son entourage afin de s’écouter soi-même.
On comprend alors l’enjeu de ce que la comédienne nous raconte. Le ton est direct, franc et sans pastiche dans cette démonstration du monde obsédé par la maîtrise des actes et du qu’en-dira-t-on. Elle s’expose réellement sur le plateau et c’est peut-être cette distance, nécessaire au théâtre, qui peut parfois lui manquer pour dépasser le cadre de la simple confidence stricto sensu. Cependant, la comédienne se métamorphose tout au long de son discours. Du père qui aurait aimé avoir un garçon à la mère qui trouve toutes les astuces pour contraindre sa fille à être celle qu’elle n’est pas, Véronique Royer explore les relations familiales et amicales avec discernement, comme dans cette scène de boîte de nuit où l’on souffre pour elle et son humour de notaire.

Son cheminement personnel lui permettra de desserrer cet étau et la comédienne se présente telle qu’elle est aujourd’hui, une femme qui respire la vie à pleins poumons et nous invite à en faire tout autant. Une invitation salutaire que l’on aime se rappeler après avoir vu le spectacle avec l’espoir de croiser, à nouveau, son chemin.

Laurent Bourbousson
Photographie : Véronique Royer ©Nolwenn Glevarec

Les désespérés ne manquent pas de panache de Thomas Poitevin et Hélène François, a été vu durant le #OFF18.
Interprétation Thomas Poitevin | Mise en scène Hélène François | Lumières Thibault Marfisi

Respire de Véronique Royer, a été vu durant le #OFF18.
Interprétation Thomas Poitevin | Mise en scène Laurent Bellambe Bérengère Basty

 

Poster un Commentaire