Interview : Au Golovine, les 10 ans des Mardiff

12 avril 2018 /// Les interviews

Le Théâtre Golovine s’apprête à fêter les 10 ans des Mardiff, rendez-vous mensuel devenu incontournable au fil des années. Cela se passera le mardi 17 avril au cours d’une soirée spéciale. Entretien avec Christelle Golovine autour de cet événement et on en a profité pour lui poser des questions sur le Festival Off !

10 ans de Mardiff

Mardi prochain, le Golovine va fêter les 10 des Mardiff. Peut-on retracer la genèse de ce rendez-vous devenu au fil des années indissociable au théâtre ?

Nous en sommes très fiers. C’est une aventure qui a commencé il y a 10 ans avec Luc Boulangé, fondateur du CRÉHAM en Belgique. Il travaillait avec des artistes trisomiques d‘un talent incroyable. Il est arrivé avec 10 artistes, ses 10 protégés et ils ont investi la bâtisse pour une grande expo d’art brut.  Pour nous ça a été une vraie découverte car ce n’était pas évident de rencontrer ces personnes. On se posait des questions, on avait des réticences. Il s’avère qu’elles nous ont énormément appris de par leur liberté de création, de par leur envie et de par leur enthousiasme. Se sont créés dans la foulée des rendez-vous danse que nous avons nommés Mardiff pour « mardi différent ». Chaque mois, un chorégraphe de la région vient animer l’atelier. Pour les participants des Mardiff, c’est une libération de venir chaque mois, ils attendent ce rendez-vous avec une grande impatience.

Est-ce que vous trouvez facilement les chorégraphes ?

Jusqu’à présent, oui car il y a beaucoup de chorégraphes qui travaillent avec le public empêché.

Mardiff - Play les mains

Mardiff – Play les mains ©Caillou Michael Varlet

Ces soirées sont ouvertes à tous. Arrivez-vous à mixer les publics ?

Nous avons un public fidèle, celui des IME (Institut Médico Educatif). Il y a une petite partie du public classique, mais qui reste minoritaire. C’est vrai que l’on aimerait développer plus de mixité, mais ce n’est pas si simple.

Qu’est-ce qui fait selon vous que les gens n’osent pas venir ?

C’est une réaction normale. Ils ont peur de l’inconnu, de se confronter au handicap… Il faudrait qu’ils osent faire ce pas pour découvrir ces personnes qui ont une petite chose de plus, et non de moins.

Mardi prochain sera un Mardiff spécial. Comment va-t-il se dérouler ?

On débutera avec un Mardiff animé par Amélie Port de la compagnie La Locomotive. Puis, on assistera à la représentation Danser ! . Nous avons fait appel à Isabelle Magnin de la compagnie Grand Bal. Elle aura travaillé 5 jours avant la représentation avec une équipe de 10  jeunes adolescents de l’ IME Les Abeilles (photo de la résidence en début d’entretien). C’est la première fois qu’ils vont travailler sur une création.

En attendant le OFFDANSE

Votre actualité est importante jusqu’au mois de juillet. Quelle est-elle ?

L’îl(e) déboussolé(e)  de la Cie La Locomotive ©École marcel pagnol

Il y a le Festival Festo Pitcho pour lequel nous accueillons la création de la compagnie La Locomotive, L’îl(e) déboussoulé(e). Ce spectacle est en cours de création. Nous aurons la primeur de le voir le 21 avril.
Ensuite, nous travaillons à développer la transversalité des arts, avec les ateliers de pratique artistique. Le 18 avril, Pascale Breysse animera un atelier des Bambini.
Fin mai, nous aurons la joie de présenter une avant-première du festival Off de notre artiste associé. La compagnie Bakhus dévoilera Glaucos au public ce jour-là.

Glaucos de la compagnie Bakhus ©Jean-Julien Cassinat

Puisque vous parlez du festival Off, est-ce que nous pourrions avoir un ou deux noms des compagnies programmées ?

Donc, la compagnie Bakhus sera présente. On accueillera également Hamid Ben Mahi (Compagnie Hors Série) pour son solo La Géographie du danger. Je peux vous dire qu’en matinée il y aura un spectacle jeune public  de grande qualité et que nous recevrons à nouveau  cette année Laura Arend pour un puissant duo sur la condition de la femme. Le public pourra aussi découvrir une exposition photos de Mirabel White, photographe d’Avignon. Mais nous vous dévoilerons prochainement toute la programmation.

Comment vous préparez-vous au festival ?

Nous sommes déjà en préparation et dans l’énergie du festival. C’est une période géniale.  Juillet est synonyme d’effervescence ! Il y a beaucoup de public qui transite par le théâtre. Le vrai challenge pour nous est de faire venir autant de public durant la saison que pendant le OFFDANSE.

Propos reccueillis par Laurent Bourbousson

Le Mardiff du 17 avril 2018 : 19h30 pour la soirée impro-danse ouverte à tous et 20h45, le spectacle Danser !
Le site du Théâtre Golovine : ici