[ITW] Charlotte Micheneau Woehling (Compagnie Machine Double) raconte Jack London

19 février 2021 /// Les interviews
1 1 vote
Évaluation de l'article

C’est dans le contexte que nous connaissons que Charlotte Micheneau Woelhing a créé Entre chien et loup, son premier spectacle, durant le dernier Fest’Hiver à Avignon. Avec la compagnie Machine Double, elle propose un spectacle esthétique destiné aux enfants et aux adultes autour des thématiques de l’asservissement et de la liberté, chères à Jack London. Interview. 

Tout d’abord, il y a eu le Conservatoire d’Avignon puis le départ sur un bateau spectacle durant une année. Charlotte Micheneau Woelhing est au Cap-Vert lorsque l’heure du retour sonne. En effet, l’attend la création d’Archaos avec la Cie Machine Double à son retour. Et c’est durant la traversée, à bord d’un voilier, que la comédienne va relire et redécouvrir Croc-Blanc de Jack London. Elle décide d’en faire un spectacle pour tous, comprenons par-là enfants et adultes ! 

Depuis combien de temps travaillez-vous à votre première création ? 

Entre chien et loup est une création de longue haleine. Les premiers laboratoires ont eu lieu en 2019. J’ai commencé à travailler sur l’adaptation des textes, Croc-Blanc et L’appel de la forêt, il y a deux ans. Les moments de travail ont été assez éloignés les uns des autres, mais nous avons entamé le travail au plateau il y a un an et demi. 

Comment en êtes-vous arrivé à mettre en perspective deux romans de Jack London, Croc-Blanc et L’appel de forêt

Quand j’ai relu Croc-Blanc, je me suis réellement pris une baffe ! On retrouve dans ce roman toute une réflexion sur la domination, que ce soit l’asservissement volontaire ou le rapport à l’apprentissage par la violence. Quand je suis arrivée en France, j’ai relu tout Jack London, en plusieurs traductions, et également en anglais pour ressentir la nature de l’écrit de l’auteur. J’ai été frappée par la similitude de ces deux ouvrages.

Pouvez-vous nous expliquer la résonance que vous avez trouvé dans l’un et l’autre roman ?

Ce sont les mêmes histoires, mais à l’envers. Croc-Blanc est l’histoire d’un loup né dans le « wild » , qui se fait récupéré et dressé pour finir comme chien domestique dans la vallée de San Francisco. Dans L’appel de la forêt, Bug, le chien domestique qui vit dans la vallée de San Francisco, est récupéré par des humains durant la ruée vers l’or, devient chien de traineau, mais reprendra sa liberté et sera le chien sauvage du « wild ».  
Loin de moi l’idée de porter des jugements, à travers ce spectacle, sur l’asservissement volontaire ou sur l’envie de liberté totale qui peut mener à l’anarchie. Ces paroles sont celles d’animaux dites à l’humain. 

Comment avez-vous fusionné les deux textes ?

J’ai pris des extraits que j’ai accolés les uns aux autres, mais je n’ai pas retouché le texte. La parole que nous portons est celle de Jack London. Même si j’ai pu entendre que les textes étaient très durs à comprendre, je suis vindicative du fait qu’il n’y a pas de langage pour les enfants. Les enfants comprennent même s’ ils n’ont pas une définition juste du mot, et ce par rapport à l’action.
Il y a eu un gros travail de dramaturgie avec comme ligne directrice de parler de rapport de domination et d’apprentissage par la violence. J’ai alors repéré les scènes clés.

La marionnette, la marque de fabrique de la compagnie, donne-t-elle une dimension particulière à votre spectacle ?

J’ai vraiment envie de faire de la marionnette contemporaine en création. Nous sommes dans l’animalité avec ce spectacle, je ne vois pas très bien comment nous aurions pu mettre cela sur un plateau sans un dispositif marionnettique. Nous sommes dans la mise à distance avec cette fable animalisée. Prenons La cigale et la fourmi de La Fontaine, on comprend que c’est un langage humain collé à des animaux. Or, avec ces textes, c’est uniquement l’animal qui parle donc, on passe par une mise à distance très forte pour aller chercher du réel, de l’humain au travers de la marionnette.
Nous sommes très loin de quelque chose de réaliste, d’un humain qui parle. La mise à distance nous permet d’aller plus loin dans ce que l’on peut raconter. Ces deux romans sont violents et je peux amener cette violence à des enfants de 7 ans grâce à cette mise à distance. 

Nous retrouvons à la création lumière Célina Ballestra et pour l’univers sonore Marin Laurens. Quelles sont les indications que vous leur avez donné ? 

Même si je fais de la technique, j’avais besoin de me dégager de cette partie sur ce spectacle, étant au plateau avec Florian Martinet.
J’ai fait appel à Marin car je sais sa capacité à créer des paysages sonores. J’avais besoin de convoquer son univers pour ce spectacle. Il y a une relation intime entre lui en régie et nous au plateau.
Pour la lumière, j’avais envie d’un clair-obscur, d’un univers très criant et très sombre. C’est Céline Ballestra qui a œuvré.
Pour les marionnettes, l’idée d’avoir quelque chose de très simple dans les formes s’est imposée. Florian Martinet a fabriqué les marionnettes et j’ai travaillé à la scénographie. 

Lorsque l’on parle de marionnette sur Avignon, on pense à la cie Deraidenz.

Et c’est normal ! Nous nous connaissons très bien mais nous avons chacun des propositions très différentes. Nous allons toujours voir les travaux des uns des autres. Ce qu’ils font avec le Pôle Marionnette est une véritable richesse pour le territoire. 

Créer dans les conditions sanitaires que nous connaissons, comment l’avez-vous vécue ?

Comme si on allait jouer ! J’avais vraiment besoin de faire comme si tout se déroulait normalement, parce que l’on en a besoin. Nous avons qu’une seule hâte, c’est que ça arrive pour de vrai, avec du public, pour profiter. 

Propos recueillis par Laurent Bourbousson
Photographie : ©MachineDouble

Entre Chien et Loup a été joué lors du dernier Fest’Hiver, au Théâtre Transversal (Avignon)

Générique

Entre Chien et Loup
Mise en scène Charlotte Micheneau Woelhing | Interprètes Charloote Micheneau Woelhing Florian Martinet | Création lumière Célina Ballestra | Création son Marin Laurens

Le site de la Compagnie Machine Double

1 1 vote
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x