[ITW] Lukas Dhont pour Girl

17 octobre 2018 /// Les interviews

Synopsis: Lara, 15 ans, rêve de devenir danseuse étoile. Avec le soutien de son père, elle se lance à corps perdu dans cette quête d’absolu. Mais ce corps ne se plie pas si facilement à la discipline que lui impose Lara, car celle-ci est née garçon.

Sorti seulement  le 10 octobre, Girl, le film de Lukas Dhont, cartonne et il est déjà numéro trois au box-office en France ! En moins d’une semaine, Girl a attiré 91.601 spectateurs dans les salles. Il a ainsi pulvérisé tous les records de sortie d’un film belge flamand en France.

Mais vu son récent succès au dernier Festival de Cannes, est-ce une surprise ? Il a en effet remporté la Caméra d’or, le Prix FIPRESCI, son comédien principal Victor Polster le prix d’interprétation de la section Un certain Regard, sans oublier la Queer Palm. Un triomphe qui n’est pas sans rappeler celui de Billy Elliot qui, lors de ses premières projections cannoises, se nommait Dancer. Si la passion de la danse et la difficile quête pour y accéder sont leurs sujets communs, la manière de le traiter est différente. Lukas Dhont retrace ce parcours initiatique en filmant un univers aimant et porteur à l’image du père, magnifiquement interprété par Arieh Worthalter, au lieu de montrer l’adversité qui l’entoure. Une façon de se centrer sur son sujet principal : l’accès à une nouvelle identité pour Lara (Victor Polster).

Le réalisateur, que nous avons rencontré lors de l’avant-première de Girl au cinéma le Mazarin à Aix en Provence, nous explique ce parti pris. Il aborde, dans ce premier volet, sa rencontre avec le comédien Arieh Worthalter (le père de Lara) , que j’avais découvert il y a quelques années à la Manufacture dans le Off d’Avignon avec Baal de Brecht mis en scène par Raven Ruell et Jos Verbist. Il y partageait l’affiche avec Vincent Hennebicq, qui l’a récemment mis en scène dans Wilderness qui narre l’expérience personnelle d’Arieh de la jungle Amazonienne aux forêts du Canada. Les aficionados du Festival international du Film d’Aubagne l’avaient apprécié dans Jay parmi les hommes, un court métrage de son compère belge Zeno Graton.
Lukas Dhont parle de sa collaboration avec le célèbre chorégraphe flamand  Sidi Larbi Cherkaoui, directeur du Ballet de Flandres à Anvers, qui a réglé les chorégraphies du film. Preuve que beaucoup de bonnes fées se sont penchées sur ce film que nous vous conseillons de voir au plus vite.

Un film marquant à bien des niveaux en commençant par l’époustouflante interprétation de son jeune comédien Victor Polster et la révélation d’un nouveau réalisateur brillant qu’est Lukas Dhont.
Le cinéma belge a encore frappé et n’a pas fini de faire parler de lui!

Propos recueillis par Marie Anezin
Photo : Lukas Dhont lors du tournage de Girl ©Kris Dewitte

Girl est sorti le 10 octobre 2018.