SR9 Trio : La musique contemporaine est une musique liée aux sensations.

17 avril 2015 /// Les interviews

Le SR9 Trio fait escale, samedi 18 avril, à L’autre scène (Vedène) pour CORPORELS, un spectacle dans lequel le corps est musique. Rencontre avec Alexandre ESPERET, Nicolas COUSIN et Paul CHANGARNIER, pour un interview tout en rythme.

©Claudia Hansen

©Claudia Hansen

Laurent Bourbousson : Vos parcours artistiques s’ouvrent en direction de champs divers. Est-ce que vos diverses collaborations, avec des compagnies de danse notamment (Maud le Pladec, Arcosm, O Vertigo…), influencent vos propres créations ?

SR9 Trio : Ces collaborations avec la danse ont évidemment une influence sur notre propre travail en trio. Ces expériences ont généré des envies et surtout mis de côté des craintes. Pour CORPORELS, nous ne voulions pas d’instrument de percussion sur le plateau, il n’était plus question de se cacher derrière un instrument, il fallait occuper l’espace différemment.

L.B. : John Cage, Thierry De Mey, pour ne citer qu’eux, ont composé des musiques pour la danse contemporaine. Est-ce que la musique contemporaine vit au travers de la danse contemporaine ou bien est-ce le contraire?

SR9 Trio : Les deux univers s’inspirent mutuellement. Certains chorégraphes utilisent la musique contemporaine comme point de départ, d’autre comme contre-point à leur danse. On peut observer cependant la présence de plus en plus fréquente de musiciens sur les plateaux de danse, c’est une autre énergie !

L.B. : Trouvez-vous qu’il y ait une méconnaissance de la musique contemporaine et comment faire pour remédier à cela?

SR9 Trio : La musique contemporaine est confrontée à de nombreux a priori, car souvent considérée comme élitiste ou trop complexe. Pour nous, il s’agit plus simplement d’une musique de notre temps liée aux sensations. Il n’y a pas de barrière, on peut y mélanger à la fois les sons acoustiques et les sons électroniques par exemple, et même se rapprocher d’une esthétique plus pop !
Notre spectacle (CORPORELS) approche différentes écritures contemporaines à travers l’interdisciplinarité (théâtre musical, geste) et touche par conséquent un public plus large, puisque chacun peut plus facilement satisfaire sa propre sensibilité.

©Claudia Hansen

©Claudia Hansen

L.B. : Seriez vous d’accord avec cette phrase : on peut faire de la musique avec tout et n’importe quoi ?

SR9 Trio : Totalement ! Vous parliez de John Cage, c’est un très bon exemple car il a composé des pièces à partir d’objets du quotidien (à l’image des ready-made de Duchamp). L’instrument n’est autre qu’un moyen de production sonore. Chaque objet peut produire un son et par conséquent devenir instrument.

L.B. : Vous réinterprétez Jean-Sébastien Bach au marimba. Est-ce que cela participe au fait de démocratiser ce qui semble inabordable ?

SR9 Trio : Jean-Sébastien Bach est l’un des plus grands compositeurs de musique savante occidentale. Sa musique a la particularité d’être très souvent jouée par d’autres instruments que ceux à qui étaient destinés ses pièces, chose qu’il avait largement encouragé. Pour nous, son écriture est l’essence même de la musique, à la fois parce que qu’elle est universelle mais aussi car elle est d’une richesse harmonique et mélodique incroyable.

L.B. : Aux réticents de la musique contemporaine, et afin de nous aider à parfaire notre oreille, quels seraient les premiers noms de compositeurs que vous nous préconiseriez ?

SR9 Trio : Ce qu’il manque cruellement au public, pour apprécier cette musique, ce sont des clés d’écoute. Elles peuvent être parfois très simples mais restent nécessaires.
Immédiatement, c’est la musique de Iannis Xenakis, compositeur majeur du XXème siècle qui nous vient à l’esprit. Sa musique ne laisse pas indifférent, mais il y en a tellement… Grisey, Reich… Actuellement, le compositeur Pierre Jodlowski qui vient de remporter le grand prix des lycéens 2015 et avec qui nous avons travaillé sur le spectacle MACHINE(s), propose une musique mixte très efficace et très abordable.

Laurent Bourbousson
SR9 Trio, CORPORELS, L’Autre Scène, Samedi 18 avril 2015 à 18h00. Renseignements ici.
Site de la compagnie ici.