[ITW] OFF19 : Quentin Defalt pour Désaxé de Hakim Djaziri

Le festival off d’Avignon permet à Ouvert aux publics de croiser le travail de Quentin Defalt, que l’on suit depuis Les Vibrants. Après Sosies, il met en scène, Désaxé, le texte coup de poing de Hakim Djaziri. Interview.

Une nouvelle dimension

C’est dans la cour du Village du Off que nous nous sommes donnés rendez-vous. Quentin Defalt parle sans détour de ce qui l’a poussé à mettre en scène Désaxé de Hakim Djaziri. Le metteur en scène ouvre ainsi une nouvelle dimension à son travail. Plus engagé, plus politique.

Désaxé

Hakim Djaziri au premier plan ©François Vila

Véritable brûlot, le texte de Hakim Djaziri résonne comme un uppercut que l’on se serait pris en plein visage. Si certaines critiques relèvent le côté clichés et didactique du parcours de ce jeune algérien qui bascule dans le fanatisme religieux, il faudra alors expliquer à son auteur que sa vie est faite de cela. Car toute la première partie du texte est la vie de Hakim Djaziri.
La mise en scène est un va-et-vient entre le temps présent et le passé joyeux puis douloureux de ce jeune, arrivé en France avec sa famille pour fuir les années noires en Algérie. Fuir le fanatisme pour tomber dans ses griffes quelques années plus tard, c’est ce que nous raconte Désaxé.
Les comédiens (Florian Chauvet, Hakim Djaziri et Leïla Guérémy) donnent vie aux personnages bien réels. Ici, la réalité ne s’efface pas au profit d’une fiction. Ce n’est pas pour autant que le public fait face à un théâtre-documentaire.
Quentin Defalt signe avec cette pièce un acte engagé politiquement.

Dates et générique

Désaxé de Hakim Djaziri au Théâtre du Train Bleu, jusqu’au 24 juillet – relâche le 18 – à 15h15.
Texte Hakim Djaziri | Mise en scène Quentin Defalt | Interprétation Florian Chauvet Hakim Djaziri Leïla Guérémy | Collaborateur artistique Adrien Minder | Lumières Manuel Desfeux | Costumes Marion Rebman | Musiques et ambiances sonores Ludovic Champagne | Régie Raphaël Pouyer