Rencontre : Mon après-midi chez la compagnie Théâtre de Cuisine

13 novembre 2015 /// Les interviews

C’est pour une répétition de Je serai Macbeth que le Théâtre de Cuisine (Katy Deville-Christian Carrignon) m’a ouvert les portes de son studio à la Friche Belle de Mai à Marseille. Rencontre.

Chrisitan Carrignon dans Je serai Macbeth ® Philippe Houssin

Chrisitan Carrignon dans Je serai Macbeth ® Philippe Houssin

Rentrer dans le studio de la compagnie, c’est entrer dans un royaume ayant pour diktat l’imagination. Tout incite à l’évasion, tout invite à la stimulation visuelle. On regarde les objets avec émerveillement. Ils ont tous été créés et utilisés sur des créations passées. C’est en ce sens qu’une certaine excitation se fait ressentir lorsque mon regard se pose sur le moindre objet, entreposé là. Que ce soit un simple bout de carton, un stylo, une boîte, chaque objet recèle une histoire qui lui est propre. Mais il n’y a pas que des objets dans ce studio, les livres aussi tiennent une place importante. Ils sont le reflet de l’histoire de la compagnie qui œuvrent depuis 1980.
Il serait réducteur de dire que le théâtre d’objet est seulement à destination du jeune public. Surtout ne dites pas cela à Katy Deville. Elle vous répondra : non, ce sont des spectacles pour la famille. Et elle a raison Katy, celle à qui l’on doit l’appellation théâtre d’objet, lorsque avec Charlot Lemoine et Tania Castaing du Vélo théâtre (Apt), ils avaient inventé une nouvelle forme de proposition. Ils font partie de la première génération du théâtre d’objet. Aujourd’hui, nous en sommes à la troisième.

Je serai Macbeth ® Philippe Houssin

Je serai Macbeth ® Philippe Houssin

Assister à une répétition de spectacle, c’est avoir la chance de comprendre l’agitation et la frénésie qui existent avant l’entrée sur le plateau. Paolo Cafiero, l’acolyte de Christian Carrignon, fait la mise, règle les derniers détails, mesure à coups de grands pas les distances. Marie Carrignon, régisseur plateau, oeuvre dans l’ombre avec tous ses objets. Katy Deville est assise devant l’écran de son ordinateur pour suivre le texte. Les dernières recommandations fusent. Tout le monde est prêt. L’histoire peut commencer.

Ce spectacle, écrit par Chrisitan Carrignon, est une déclaration d’amour à Shakespeare, au technicien du spectacle vivant et au théâtre d’objet. Il fait entrer ainsi le théâtre d’objet dans la sphère du théâtre, celui avec un t majuscule, et se positionne en tant que défenseur de son art que certains voudraient mineur.
Je serai Macbeth lui trotte dans la tête depuis longtemps. Le point de départ de cette envie est le spectacle Shakespeare/Perrault, créé en 2001, dans lequel Christian Carrignon avait tissé le lien entre le Petit Poucet et Macbeth autour de la symbolique du pouvoir. Il s’est donné le temps pour construire Macbeth, mais il n’a jamais laissé filer l’idée. Et c’est en fin connaisseur de la langue de Shakespeare qu’il a pu tirer les principaux épisodes de cette pièce, pour en créer une version de théâtre d’objet, celui qui a découvert le théâtre au TNP, dirigé par Jean Vilar, grâce à ses parents.

Paolo Cafiero et Christian Carrignon ® Philippe Houssin

Paolo Cafiero et Christian Carrignon ® Philippe Houssin

Épaulé dans son jeu par Paolo Cafiero, qui lui donne la réplique, il ne pouvait que s’entourer que d’une personne de confiance pour mener à bien ce défi. La complicité, qui lie les deux hommes, s’illustre sur le plateau au détour des plus grands épisodes de Macbeth.
Car oui, Christian joue réellement des scènes extraites de la pièce. Il glisse aussi, au détour d’envolées shakespeariennes, des souvenirs d’enfance. Sont-ils vrais, sont-ils faux ? Lui aussi hésite sur la véracité de certains. Il joue la partition du théâtre dans le théâtre et fait la démonstration que le théâtre d’objet est un art. Après tout, pourquoi seuls les metteurs en scène de théâtre pourraient s’attaquer aux grands auteurs ?

Christian Carrignon écrit, à la fin de sa note d’intention, cette phrase : Un moment, je dis tout de même : je serai le Jean Vilar du théâtre d’objet ! Une revendication tout à fait méritée pour un défi glorieusement remporté, celui de rendre Macbeth accessible au plus grand nombre.

Laurent Bourbousson
Photo du début : Laurent Bourbousson

Je serai Macbeth en tournée : au 3Bisf (Aix-en-Provence) les 13 et 14 novembre 2015, à Ajaccio (Corse) les 20 et 21 novembre, à Billière (64) les 4 et 5 février 2016, à Port-de-Bouc (13) le 4 mars, Amiens (80) le 11 mars…
Pour découvrir l’univers de la compagnie, le site ici.