Passionnant Pasolini Musica d’André Roche

8 septembre 2018 /// Les retours - OFF

Il en est ainsi, certains auteurs reviennent sur le devant de la scène pour retomber dans les oubliettes et réapparaître un beau jour. Et par deux fois, voire peut-être plus mais cela a pu nous échapper, la figure de Pier Paolo Pasolini a habité la fin du Festival d’Avignon. Retour sur Pasolini Musica d’André Roche.

André Roche, le metteur en scène du passionnant Pasolini Musica a recherché, fouillé, exhumé même une partie du travail du metteur en scène pour la conception de son spectacle.

C’est à partir de textes qui étaient destinés à être mis en musique qu’André Roche a travaillé. Entouré d’une équipe aux petits oignons (Dmitri Negrimovski, Miguel-Ange Sarmiento (ci-dessus), Stéphanie Boré, Eva Kovic et Solène Ménard), il met sur le devant de la scène la pensée pasolinienne. Et qu’est-ce que cela fait du bien !

Eva Kovic et Miguel-Ange Sarmiento dans Pasolini Musica

On pourrait définir Pasolini Musica comme un récit autobiographique en étoile. Rien n’est didactique dans le récit et tant mieux. L’écriture fait que le spectateur navigue dans la vie du créateur. De son enfance à Frioul jusqu’à son assassinat sur la plage d’Ostie, les comédiens-chanteurs et le metteur en scène nous font revivre les interviews incontournables, notamment celui de la veille de sa mort qui reste un moment fort de télévision, et éclaire la pensée de cet intellectuel avec des poèmes et textes politiques.
Le parti-pris du metteur en scène de ne pas diffuser des extraits de films et autres permet de prendre une distance nécessaire avec la représentation forte de la personnalité de Pasolini et de faire éclater la vision, encore d’actualité, du cinéaste sur le rapport marchand de notre monde.

Les chants donnent à la personnalité controversée du cinéaste une fulgurance. Ils animent l’insondable du trait de caractère de Pasolini et montrent l’humanité de celui qui est considéré comme radical, voire immoral par ses détracteurs.

Il est à saluer l’ensemble de la distribution : Miguel-Ange Sarmiento campe un Pasolini réel dans une brillante interprétation, Eva Kovic prête ses traits à l’entourage proche et fantasmé de l’auteur (photo ci-dessus), la mezzo-soprano Stéphanie Boré qui incarne tour à tour des journalistes, le double féminin de Pasolini, dévoile l’étendue de son talent sous les traits de Maria Callas,  la pianiste et multi-instrumentaliste Solène Ménard accompagne tout ce monde de ses notes, et la musique originale de Dmitri Negrimovski habille les textes mis en musique.

Pasolini Musica est une œuvre fondamentale pour les temps que nous sommes amenés à vivre. Passionnant.

Laurent Bourbousson
Crédit photo : François Vila

Pasolini Musica d’André Roche a été vu lors du Festival Off d’Avignon
Interprètes 
Miguel-Ange Sarmiento (comédien-chanteur), Stéphanie Boré (mezzo-soprano), Eva Kovic (comédienne-chanteuse), Solène Ménard (pianiste) | Textes Pier Paolo Pasolini | Adaptation et mise en scène André Roche | Musique originale Dmitri Negrimovski | Création sonore Emmanuel Six | Images projetées Éric Minette

Pasolini Musica a fait l’objet d’une émission sur France Culture. À retrouver ici.