VU : La figure du solo au Théâtre Transversal

27 mars 2018 /// Les retours

Laetitia mazzoleni, directrice du Théâtre Transversal, a eu la bonne idée de passer commande à trois chorégraphes pour se risquer sur la figure du solo. Ce moment appelé Instant / seul(s) a convié Nabil Hemaïzia (Compagnie 2 temps 3 mouvements), Carole Bordes (Compagnie Émoi) et Alexandre Lesouëf (CAL).  Cela a donné lieu à un programme varié où il était question d’intime, de philosophie et surtout de vie.

Le Théâtre Transversal a cette particularité, celle d’être un lieu inclusif. En effet, le quatrième mur n’existe pratiquement pas. La proximité de ce qui se passe sur le plateau est telle que toutes les sensations s’en trouvent décuplées. Du souffle au regard, jusqu’à cette main qui se tend, tout se ressent. Avec l’intégrale des 3 solos, qui étaient programmés séparément chaque soir de la semaine, c’est une danse bouillonnante et pleine de réflexion qui était offerte au regard. Retour sur ce programme.

Nabil Hemaïzia ©C. Varlet

Nabil Hemaïzia ou le solo de la renaissance

En revisitant son trio Prêt-à-penser en forme solo, Nabil Hemaïzia découvre à nouveau les joies du plateau. Tout est là. Le décor, mur recouvert de coupures de presse, table à l’identique, les cintres suspendus sur lesquels des chemises grises ont trouvées leur place et lui, avec son entrée en scène, arborant un sweat rouge, comme pour trancher.
Il troque cette carapace contre un cintre, une chemise, pour rentrer dans le moule, participant à son effacement, à la propre annihilation de son esprit par la société du prêt-à-penser. L’homme lutte, se rebiffe, s’écroule, se relève pour s’émanciper d’une pensée taillée sur mesure.
Le trio devenu solo gagne en profondeur. L’interprétation de Nabil Hemaïzia est juste jusqu’au souffle que chacun peut entendre.
C’est seul contre un système, celui de la manipulation de la pensée, qu’il livre une lutte intrinsèque à sa condition. Comment s’émanciper, retrouver un libre arbitre, un jugement digne de ce nom ? Tout est dit dans ce solo.
Si l’année de création du trio date de 2014, il est fort malheureux de constater que son propos est toujours d’actualité.
Nabil Hemaïzia renaît avec cette recréation. Les 30 minutes de Prêt-à-penser… seul laissent augurer une suite à cette remise en jambe.

Carole Bordes ©Johann Fournier

Carole Bordes, la belle découverte de ce programme

Avec son solo tiré du projet R pour Résistances, Carole Bordes livre une réflexion sur l’acte de création et sur la fonction de l’artiste. Sur les mots de l’abécédaire de Gilles Deleuze, la jeune chorégraphe signe une chorégraphie conceptuelle qu’il est bon de voir.
Le projet R pour Résistance est un ensemble de 5 figures. Celle que la chorégraphe va interpréter est la première de la série. Elle est le point de départ de pensée sur l’acte de résister.  
Elle s’avance sur le devant du plateau, réfléchit, constate, prend en considération l’espace pour se tracer un cadre. Celui de la représentation ? Celui de l’ordre à suivre ? Celui du moule dans lequel il faut se fondre ? ou celui qui parfait le juste équilibre, entre l’intérieur et l’extérieur ?
Puis la voix du philosophe guide ses pas. Elle nourrit la réflexion qui passe par le corps et les mouvements.
Carole Bordes trace des lignes, des courbes, met son corps en jeu défiant l’équilibre nécessaire pour ne pas tomber. Résister et entrer en lutte afin de faire exister son art, pour exister soi-même et pour ce que nous sommes.
R pour Résistance est du bel art à danser. La musique de Jonathan Bénisty renforce le côté métaphysique de la proposition. Un projet rare dont il est important de souligner l’enjeu dans un monde où la surconsommation est de mise.

Alexandre Lesouëf ©Céline Zug

La naissance d’Alexandre Lesouëf

Jusqu’ici, la radicalité des propositions d’Alexandre Lesouëf avait de quoi désarçonner et laisser, parfois, de côté. Avec son solo, Ceux-L, tu es. Seul, tué, c’est la naissance d’un véritable chorégraphe qui vient d’advenir.  
Allongé sur le sol, face contre terre, lorsque le public entre en salle, le corps inanimé d’Alexandre Lesouëf marque le point de départ d’un solo percutant.
Si dans son travail, le corps est mis en danger, ici il sert un propos violent, celui des blessures dont il est difficile de guérir pour se construire. La musique accentue la noirceur de la proposition. Les silhouettes marquées au sol se dévoilent avec la lumière d’ambiance de Sébastien Piron. Elles rappellent des scènes de crime, souvenirs indéfectibles, avec lesquelles il faudra bien vivre et qu’il faudra revivre comme un mauvais film pour voir où tout a basculé, comme pour apprivoiser tous les tourments d’une vie passée.
Et c’est justement de cet apprentissage dont il est question ici. Alexandre Lesouëf a approfondi sa pensée en danse et en mots, pour mieux se libérer et faire la démonstration de l’homme qu’il est.
Ceux-L, tu es. Seul, tué syncrétise toutes les peurs d’être, toutes les angoisses de devenir afin de laisser échapper cette féroce envie de vivre. Ce que fait le chorégraphe en empruntant au krump les gestes pour assumer celui qu’il est à compter d’aujourd’hui.

Laurent Bourbousson

L’intégrale des 3 solos a été vu au Théâtre transversal, le 25 mars 2018.
Prêt-à-penser… seul 
Conception et chorégraphie : Nabil Hemaïzia / Interprétation : Nabil Hemaïzia – Lien compagnie
R pour Résistance
Conception et chorégraphie : Carole Bordes / Interprétation et chorégraphie : Carole Bordes / Regard extérieur : Jean Gaudin / Musique originale : Jonathan Bénisty, à partir d’extraits sonores de L’Abécédaire de Gilles Deleuze. / Scénographie : Johann Fournier / Costumes : Lætitia Chauveau
Ceux-L, tu es. Seul, tué
Conception et chorégraphie : Alexandre Lesouëf / Interprétation : Alexandre Lesouëf – Lien compagnie

Représentations à venir de R pour Résistance de Carole Bordes – Compagnie Émoi :
5/04/2018 R pour Résistance – cinquième figure Création ; Mains d’Oeuvre Saint Ouen – Festival Les Incandescences par les Journées Danse Dense – 13/04/18 R pour Résistance – cinq figures Création ; Théâtre au Fil de l’eau Pantin – Festival Les Incandescences par les Journées Danse Dense – 3/05/2018 R pour Résistance-cinq figures; l’Horizon – la Rochelle

Poster un Commentaire