[VU] Prénom Nom, la fable loufoque de Guillaume Mika

18 avril 2023 /// Les retours
4 1 vote
Évaluation de l'article

Avec l’aide d’un tardigrade, Guillaume Mika signe une fable loufoque sur le passage de l’adolescence à l’âge adulte avec l’idée de faire rimer arts et science.

Guillaume Mika et Heidi-Eva Clavier sont les scientifiques fous de cette fable. Leur terrain de jeu, un laboratoire transformé en un Centre d’Information et d’Orientation (CIO). C’est Adalberto Fernandez Torres, merveilleux contorsionniste, qui donne vie à notre héros de la pièce, Lucas le tardigrade.

Au nom des arts et de la science

Nous apprenons, lors de la scène d’ouverture, toutes les caractéristiques de cet invertébré. L’une d’elles va être l’objectif de ce qui va se jouer sous les yeux du public, à savoir : mettre le tardigrade en état de stress pour qu’il se cryptobiose (c’est-à-dire qu’il vive plus qu’au ralenti) et pour ce, à des fins hautement scientifiques : permettre au biologiste de faire des prélèvements précieux pour en savoir un peu plus sur cet être vivant mystérieux qui s’acclimate aux températures extrêmes notamment.

Une fois le décor planté, le public va suivre les pérégrinations et hypothèses scientifiques les plus folles, dans ce CIO de pacotille. Les scènes sont autant un amusement pour le public qu’une diffusion d’informations scientifiques véritables.

Entre maladresses scientifiques et situations comiques (et l’on rit vraiment), notre trio se livre à un jeu d’équilibriste et confirme le pari premier du metteur en scène, faire cohabiter les aspects scientifique et artistique sur un plateau.

Véritable satire de notre société

En situant les protagonistes dans un collège, Guillaume Mika met des mots sur le mal-être des adolescents face aux attentes des adultes lors des choix de vie à faire de plus en plus jeune (on pense ici à Parcoursup par exemple…). Notre tardigrade, sensé choisir son avenir, est pris entre deux étaux, celui de mener sa vie de tardigrade ou de se tracer, entre autres, un avenir dans la kinésithérapie (l’une des scènes totalement absurde mais oh combien géniale !).

La fin de la pièce se révèle être une ouverture et laisse augurer une nouvelle étape dans l’évolution humaine. On pense ici au merveilleux hasard qui réside en toutes découvertes scientifiques. Mais nous n’en dirons rien.

Prénom Nom est une fable loufoque plus que réussie qui se révèle être une véritable satire de notre société : placer chacun d’entre nous devant des alternatives, comme si aucun retour en arrière était possible… alors qu’en science tout devient possible !

Laurent Bourbousson

Crédit photo : ©Jean-Pierre Estournet

Prénom Nom a été vu au Théâtre des Halles, le 12 avril 2023
Crédit photos : Alexis Boullay

Générique

Ecriture, mise en scène Guillaume Mika / Collaboration artistique et dramaturgique Samuel Roger / Interprètes Adalberto Fernandez Torres, Heidi-Eva Clavier, Guillaume Mika / Scénographie et accessoires Mathilde Cordier / Regard complice Léa Perret / Lumières et Régie générale Léo Grosperrin / Costumes Aliénor Figueiredo assistée de Julie Cuadros / Vidéo Valery Faidherbe / Musique Vincent Hours / Collaboration au mouvement Violeta Todo-Gonzalez / Construction Alexis Boullay / Collaboration tardigrades Laurence Héchard / Remerciements spéciaux Cédric Hubas, Clémence Weill, Lucie Lastella, Arthur Tremerel, Laura Dahan, Marie De Basquiat, Léa Leduc

4 1 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
2 Commentaires
plus anciens
plus récents
Inline Feedbacks
View all comments
Tml
1 année plus tôt

Pièce savamment montée par Guillaume Mika. Et superbementn interpretée. Rien n’est laissé au hasard. On en redemande!
Bravo à tous pour cet excellent moment de théâtre.

Des Trous dans la Tête
7 mois plus tôt
Partager
2
0
Would love your thoughts, please comment.x