[ITW] Anna Massoni pour un ensemble (morceaux choisis) au Festival d’Avignon

3 juillet 2024 /// Festival d'Avignon - IN - Les interviews
4 1 vote
Évaluation de l'article

Vous allez partager la scène avec la danseuse et chorégraphe Ola Maciejewska. Votre choix s’est porté sur cette chorégraphe et interprète que nous avons découvert avec Loie Fuller : Research. Pourquoi ? 
Lorsque j’ai reçu l’invitation commune de la SACD et du Festival d’Avignon, J’en ai profité pour faire cette demande à Ola car nous avons collaboré durant les dernières années sur d’autres projets, plus en tant qu’interprètes et collaboratrices auprès d’une plasticienne. Ensuite, elle a fait une pièce pour des étudiant·e·s des Beaux-arts de Paris l’an dernier et elle m’avait proposé de l’assister. Nous avons partagé pas mal de temps et avons été très en dialogue ces derniers mois. C’était une envie qui était déjà en germe de vouloir travailler avec elle et lorsque s’est présentée cette possibilité, je me suis dis que c’était une bonne manière de se lancer. 

Le titre de votre tentative est un ensemble (morceaux choisis). La pièce que vous allez présenter est-elle l’œuvre d’une pièce existante dont vous allez tirer certains extraits ? 
un ensemble (morceaux choisis) part plutôt de la manière dont est composée la pièce d’un point de vue dramaturgique. Avec Ola, nous avons composé des situations presque autonomes que nous tentons de jouer dans différents ordres. Ces morceaux sont autonomes et peuvent être placés de manière assez libre les uns à côté des autres afin de former un ensemble. 

La façon dont vous présentez votre pièce me fait penser à votre création Rideau, dans laquelle vous présentiez différents tableaux, différents états de l’interprète au moment d’une représentation. Vous jouiez alors avec la perception du public. 
Dans mes créations, je me pose la question de savoir quel type d’adresse est en jeu. Les éléments scéniques (accessoires, lumières) dans Rideau me permettaient de créer différents rapports avec le public. Ici, il y aura moins d’éléments. Ce qui m’est venu assez intuitivement, c’est que j’avais envie de faire vivre ce lieu le temps de la proposition. Je suis assez sensible à cette question dans mes différents travaux, celle de rendre le lieu présent. J’ai envie que le public vive avec nous ce rapport à ce jardin. Je souhaite vraiment que la qualité du temps et de l’espace soit perçue par le public. Après, en lien avec Rideau il y a cette manière fragmentée de faire pièce. C’est un type de mouvement qui m’intéresse.

D’un point de vue dramaturgique, comment allez-vous faire danse en vous inspirant du quotidien ? 
Avec Ola, nous nous sommes inspirées d’actions très quotidiennes, de situations de vies dans une maison, d’une vie intérieure, de certaines actions qui impliquent l’utilisation d’objets très précis. Si nous n’utilisons pas concrètement ces objets, nous les incorporons dans nos mouvements pour être à la fois sujet et objet. C’est cette écriture-là qui m’intéresse, être à la fois proche de quelque chose de figuratif qui est également très abstrait. Nous détournons nos actions. 

Toutes deux avaient un langage chorégraphique particulier. Est-ce que vos écritures ont fusionné dans cette création ? 
J’ai vraiment sollicité Ola comme interprète avec laquelle je nourris un dialogue. Elle est à l’écoute sur ce que je propose en premier lieu. Ola a un rapport très fort à l’objet fort. Il est même sculptural. C’est quelque chose qui m’intéressait pour cette pièce. Être à deux pour se compléter, se contraindre ou pour faire agir l’une l’autre, a permis de donner cette dimension presque sculpturale de ce que « ensemble » pouvait donner. 

Comment voyez-vous votre venue dans le cadre du Festival d’Avignon ?
C’est un enjeu de fait, de visibilité, d’attente certaine. Je suis contente de revenir là dans le Jardin de la Vierge du lycée Saint-Joseph car c’est ici que ma carrière a débuté après mes études. J’assistais un chorégraphe en ce lieu. C’est enthousiasmant de revenir ici. 

Est-ce que l’invitation de la SACD et du Festival d’Avignon a modifié vos habitudes de travail ?
Ici, ça m’a été assez agréable d’avoir un temps plus court et contraint dans l’écriture de la pièce alors qu’en temps normal je suis habituée à prendre beaucoup plus mon temps. Le rythme a fait que j’ai pris des décisions, Cette contrainte m’a offert un autre type de liberté dans l’acte créatif. J’étais dans cet élan. C’est le plus honnêtement possible que je vais présenter un ensemble (morceaux choisis) à Avignon.

Propos recueillis par Laurent Bourbousson
Crédit photo : © Emma Weber et Anna Massoni / 33ème parallèle

Générique

un ensemble (morceaux choisis) du 4 au 7 juillet 2024, à 10h30 et 18h. Tous les renseignements ICI.

Avec Ola Maciejewska, Anna Massoni / Chorégraphie Anna Massoni / Dramaturgie Vincent Weber / Son Anna Massoni, Emmanuel Nappey, avec la participation de Joëlle Coudriou / Recherche Cynthia Lefebvre, Marc Pérennès / Administration de production Marc Pérennès / Administration de production, développement, diffusion des projets Marie Fonte 

Production Association 33e Parallèle / Coproduction SACD, Festival d’Avignon / Avec le soutien de La Ménagerie de verre dans le cadre du dispositif StudioLab / Remerciements Joëlle Coudriou

L’association 33e Parallèle est conventionnée par le ministère de la Culture Drac Bourgogne-Franche-Comté. 

4 1 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Partager
0
Would love your thoughts, please comment.x