OFF21 : la compagnie L’Éternel Été livre un nouvel Ivanov

29 juillet 2021 /// Festival d'Avignon - Les retours - OFF - VU #OFF
0 0 votes
Évaluation de l'article

Emmanuel Besnault met en scène Ivanov de Tchekov. Il situe l’action ici comme ailleurs, et en fait un Ivanov intemporel aux affres avec la société et lui-même. Retour.

Tout d’abord la traduction

il y a, au tout début de l’aventure, l’envie de retraverser l’œuvre originale avec le désir de resserrer le texte de Tchekov. En souhaitant situer l’action ailleurs que dans la Russie natale de l’auteur, Yuri Zavalnyouk et Emmanuel Besnault la transposent ici comme ailleurs. Ils dépouillent le texte de sa fioriture pour en tirer, au final, une partition de théâtre laissant éclater la beauté des personnages, leurs tourments, leurs faiblesses et leurs forces, pour en faire des êtres intemporels.

Un Ivanov cinématographique

Sur le plateau, deux structures vont évoluer afin d’emmener le public de lieu en lieu. Manipulées par les personnages de cette histoire, ces structures donnent à la mise en scène un élan cinématographique, un peu comme si un long plan séquence se déroulait sous nos yeux. Il y a du Kusturica dans cette mise en scène, dans laquelle les moments de folie viennent se frotter à ceux où le plus grave peut advenir. Ivanov est ainsi.

La musique jouée en direct par Manuel Velly tient un rôle essentiel dans cette mise en scène. Elle dit ce qui ne peut être nommée et devient la bande-son parfaite d’Ivanov.

Une distribution parfaite

D’Ivanov à Llov, l’ensemble de distribution est juste. Les personnages prennent vie dans les demeures imaginaires, et c’est une certaine nostalgie qui vient tout bousiller sur son passage. Ils sont leur propre monstre, laissant leur désir de possession ou celui d’être simplement les consumer au plus profond de leurs âmes. Cet Ivanov est incandescent !

Laurent Bourbousson
Crédit Photo : Philippe Hanula

Générique

Ivanov de Tchekov, nouvelle traduction et adaptation de Yuri Zavalnyouk et Emmanuel Besnault, jusqu’au 31 juillet, à 13h05, au Théâtre de l’Oulle.


Mise en scène Emmanuel Besnault – Assistant à la mise en scène Lionel Fournier – Avec Alexis Ballesteros, Johanna Bonnet, Benoit Gruel, Schemci Lauth, Manuel Le Velly, Elisa Oriol, Deniz Turkmen, Yuriy Zavalnyouk – Lumières Cyril Manetta et Emma Schler – Scénographie Angéline Croissant – Création musicale Jean Galmiche

0 0 votes
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x