Rencontre : Quand Laetitia Mazzoleni (Agence de Fabrication Perpétuelle) en appelle à la curiosité

12 avril 2016 /// Les interviews
0 0 vote
Évaluation de l'article

Laetitia Mazzoleni présente, à la Chapelle des Pénitents Blancs, du 15 au 17 avril, non pas une étape de création mais une exposition visuelle et sonore intitulée Le Spleen-Les origines. Cette première invitation à découvrir son travail se place en amont de la création, dans ce lieu où l’imagination fabrique, continuellement, des images. Normal lorsque l’on se trouve être chef d’orchestre de l’Agence Perpétuelle de Fabrication pour cette proposition. Rencontre.

Les origines-Le Spleen ©Alain Mouton

Les origines-Le Spleen ©Alain Mouton

Lorsque Laetitia Mazzoleni m’accueille à la chapelle des pénitents blancs, en ce lundi, la musique de Sébum retentit à plein tube, un échafaudage est ici, des outils sont là. Tout est en construction, me dit-elle avec une certaine effervescence, et d’attaquer aussitôt de parler de ce projet, avec une certaine gourmandise et des étoiles plein les yeux.

Les débuts du projet

Le Spleen-Les origines se présente comme l’anti-chambre de la création Le Spleen. Tout a commencé avec cette envie d’écrire pour Paul Camus annonce-t-elle. Nous nous sommes croisés à différentes reprises, à la sortie de spectacles. Lui ne savait pas vraiment qui j’étais. J’avais très envie d’écrire pour lui. Et un jour, Laetitia lui propose une création et surprise : Paul est tout de suite partant.
Elle se lance dans l’écriture de ce monologue, celui d’un homme qui se trouve dans un no man’s land avec pour seule certitude celle de mourir en fin de journée. Mais tout recommence tous les jours, un peu comme une histoire sans fin, pour faire le bilan, ni super, ni atroce, d’une vie. On peut dire que notre homme est au purgatoire, dit-elle après réflexion.
Lorsque Paul a reçu le premier jet du texte, il m’a dit : quand je viens sur Avignon, on fait une lecture. Ce a quoi j’ai répondu, mais ne t’inquiète pas, j’entends ta voix car j’écris pour toi. Et effectivement, quand il a lu le texte, c’était ce que j’avais toujours entendu.

Les Origines-Le Spleen ©Alain Mouton

Les Origines-Le Spleen ©Alain Mouton

En attendant la création

Même si la date de création de la pièce Le Spleen est éloignée (saison 2018), Laetitia n’est pas au repos, loin de là. Et n’est pas seule, non plus, devant ses feuilles d’écriture. Elle s’est associée à Alain Mouton, photographe-plasticien, qu’elle aime beaucoup, et à Sébum, auquel elle a passé commande pour la musique. Il y a eu un échange entre eux et moi, je leur ai envoyé mes écrits, ça les a inspiré et eux m’ont inspirée. Ce fut un double dialogue. Nous nous sommes inspirés mutuellement, d’où l’envie de présenter les origines de Spleen.
Les origines-Le Spleen invite donc à une déambulation dans l’imaginaire de Laetitia. 4 chaises seront positionnées dans l’espace. Le visiteur sera invité à s’asseoir et à entendre des extraits du texte. Pour l’occasion, nous avons fait 4 enregistrements de Paul Camus. Le comédien ne sera pas présent mais son image sera multipliée par 4. Il y aura aussi les petits formats d’Alain Mouton, pour regarder de près, et la musique de Sébum, pour stimuler l’imaginaire et la vidéo de Guillaume Sarrouy. Toutes les ambiances se chevaucheront. On passera de l’une à l’autre, tout en continuant à être bercé par la précédente, pose Laetitia.

Elle souhaite que cette proposition interroge les visiteurs afin qu’ils viennent la chercher pour demander des explications. J’ai envie que des personnes me questionne, me balance dans les cordes pour me bousculer. J’ai envie de me nourrir de leurs retours. Nous sommes au début de la construction, on part de ça mais on ne sait pas où on va, dit-elle dans un grand éclat de rire avant d’ajouter, quand je suis sur une création, j’ai 6 ans, je fais des bonds partout. Je suis émerveillée par tout ce qui se passe autour de moi. Je m’amuse. Et nous aussi !

Laurent Bourbousson

Les origines-Le Spleen ici
Le site de l’Agence de Fabrication Pertétuelle (ou AFP !)
Horaires : le 15 avril, de 17h00 à 21h00 ; le 16, de 13h00 à 21h00 et le 17, de 13h00 à 17h00.

0 0 vote
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x