FDA et OFF 20 annulés : Vincent Dussart – Compagnie de l’Arcade, répond à nos questions

19 avril 2020 /// Les interviews
0 0 vote
Évaluation de l'article

Vincent Dussart et sa compagnie devaient présenter, au 11-Gilgamesh, Je ne marcherai plus dans les traces de tes pas d’Alexandra Badea, durant ce festival Off 20 d’Avignon. Il répond à nos questions suite à son annulation.

En 2018, la Compagnie de L’Arcade était présente sur le festival Off avec Pulvérisés d’Alexandra Badea. L’année dernière, le metteur en scène et directeur Vincent Dussart présentait, avec ses comédiens, une lecture de sa future création, Ma forêt fantôme de Denis Lachaud. Cette année, nous l’attendions avec grande impatience pour la reprise de Je ne marcherai plus dans les traces de tes pas d’Alexandra Badea. À noter que ces deux pièces font partie de son cycle de créations intitulées « Les fantômes de l’intime » .

Alors que vous deviez participer au Festival Off en juillet, dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui après l’annonce de sa suspension ?
J’attendais avec impatience cette décision tant l’incertitude rajoutait de l’insécurité dans un moment déjà bien anxiogène pour la Compagnie. Nous ne pouvions imaginer participer à un festival qui aurait été l’ombre de lui-même.
Pour autant, dès que la décision a été prise en concertation avec le 11 où nous devions présenter Je ne marcherai plus dans les trace de tes pas d’Alexandra Badea, c’est la tristesse qui a remplacé l’inquiétude. Tristesse pour l’équipe, d’abord. Pour les comédien.ne.s, les techniciens et l’équipe administrative qui se faisaient une joie de défendre le spectacle. Faire Avignon est toujours un peu stressant, mais le stress est à la hauteur des espoirs. Espoirs de rencontres avec le public, espoirs de nouveaux contacts, espoirs de plaisirs et de partages. Parce que même si c’est un temps de travail particulièrement intense, c’est aussi un temps de célébration !
Tristesse pour le spectacle, ensuite. Car nous l’aimons ce spectacle et nous avions envie de le montrer tant au public qu’aux programmateurs ! Je ne marcherai plus dans les traces de tes pas n’est pas né dans la douleur. La création fut un temps de recherche et d’incertitudes certes, mais nous avons eu la chance que les talents des un.e.s s’ajoutent aux talents des autres ! La tournée de création, notamment au sein des ATP, avait été tellement joyeuse que nous nous faisions une joie de nous retrouver, enfin.

Avec ce non festival, quel va être l’impact économique sur votre compagnie ?
Dans un premier temps, notre souci a été de faire en sorte que l’équipe soit le moins impactée possible par cette annulation afin qu’elle ne mette pas en danger la pérennité de nos métiers. Nous sommes toujours en attente de la décision du maintien du dispositif de chômage partiel pour juillet. S’il n’était pas prolongé sur cette période, ce serait vraiment une catastrophe pour les artistes et les techniciens.
L’impact sur la compagnie est plus difficile à évaluer. À court terme, ne pas faire le festival est plutôt source d’économies pour la compagnie tant jouer à Avignon est particulièrement lourd en termes budgétaires : même si la compagnie est soutenue par l’institution, la part de fonds propres que nous injectons dans le festival est très importante. À plus long terme, c’est un tout autre paysage. Avignon est un temps où les programmateurs viennent voir les spectacles, et si la rencontre a lieu, vont les inscrire dans leurs saisons prochaines, ce qui va à nouveau permettre que les spectacles soient vus, et qu’ils soient à nouveau programmés. Il s’agit donc pour nous de faire le deuil de ces potentielles rencontres et opportunités de diffusion. Avignon est aussi un temps de visibilité où l’on construit de nouveaux projets, de nouveaux partenariats. Là encore, il faut faire le deuil de ces rencontres promises…
Et bien sûr, les impacts de ces renoncements sont importants, et ils risquent de se faire sentir sur plusieurs saisons. Je n’arrive pas, pour le moment, à me projeter suffisamment pour en évaluer l’impact sur la compagnie et son devenir, mais je crains qu’il soit dur, très dur. Nous sommes un peu, l’équipe administratives et moi-même, comme arrêtés dans un élan. Nous gérons les conséquences immédiates, annuler telle ou telle réservation, rassurer l’équipe. Ce qui me tient, aujourd’hui, est l’espoir que ce spectacle continue d’exister, que cette annulation ne soit pas un point final à cette belle aventure artistique. Malgré tout cela, je suis actuellement en création de mon prochain spectacle qui devrait sortir en novembre 2020 sur un texte de Denis Lachaud, Ma Forêt fantôme. Un texte qui retrace la pandémie du Sida et qui n’est pas sans échos avec ce que nous traversons aujourd’hui. 

La visibilité qu’offre Avignon est importante pour les compagnies. Avez-vous imaginé un dispositif afin d’être visible aux yeux des programmateurs ?
Je ne sais pas encore ce qui va naître de cette annulation. Il me semble que cela pourrait être une occasion de faire entendre les voix des artistes et des équipes qui les entourent. Nous sommes trop soumis à des injonctions contradictoires, à des diktats économiques qui nuisent à la créativité et à la vie des spectacles. Paradoxalement, alors le secteur professionnel (compagnies, lieux, institutions…) est interdépendant – cette pandémie nous le prouve tant elle met à mal tous les acteurs culturels – il existe un antagonisme fort entre nous.
La « grande famille du théâtre » (oui, c’est ironique) n’échappe pas à ce que le capitalisme fait subir à nos sociétés humaines : rapports de pouvoir et d’abus, hiérarchisation outrancière, peur de l’autre… Je ne suis pas très optimiste, mais si cette pandémie pouvait nous inciter à inventer (enfin) d’autres modes relationnels, à prendre conscience de cette inter-dépendance, à prendre en compte la fragilité du vivant, alors tout ne serait peut-être pas perdu.

Propos recueillis par Laurent Bourbousson
Visuel : Je ne marcherai pas dans les traces de tes pas ©Corinne Pontoire

Le site de la Compagnie de l’Arcade.

0 0 vote
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x