[ITW] Jean-François Zygel : « en concert, je ne fais pratiquement qu’improviser »

27 février 2019 /// Les interviews

L’un anime l’émission La preuve par Z, sur France Inter. L’autre, La vie secrète des chansons sur France 3. Il se livrent un combat sans merci au piano. Jean-François Zygel et André Manoukian seront le vendredi 1er mars 2019 à l’Auditorium Jean Moulin – Le Thor. Interview.

Jean-François Zygel @Thibault Stipal

Vous êtes à l’affiche avec André Manoukian à l’Auditorium Jean Moulin – Le Thor pour JAZZ vs CLASSIQUE. Vous avez créé ce moment lors du festival Un violon sur le sable en 2016. Comment en avez-vous eu l’idée ?
Les duels de pianos sont en réalité une très ancienne tradition virtuose des XVIIIe et XIXe siècles. On pourrait citer Bach contre Louis Marchand, Mozart contre Clementi, Liszt contre Thalberg et bien d’autres encore…  
Ces compétitions artistiques et ludiques existent également dans le domaine du jazz (notamment en stride) et bien sûr dans celui du rap (les fameuses « battles »).

Le spectacle est présenté comme un match au sommet. Comment trouvez-vous la ferveur de rejouer le match à chacune des représentations ?
Ce que j’adore dans l’improvisation, c’est justement qu’on ne fait jamais deux fois la même chose, qu’on ne fait jamais entendre la même musique, que l’on ne crée jamais la même musique d’un concert à l’autre, ce qui est terriblement excitant. 
Je crois que ce qui fait que le public aime tant voir des musiciens improviser, c’est qu’il sent bien qu’il assiste à un moment exceptionnel, quelque chose qui n’a jamais existé avant et qui ne se reproduira plus jamais.

Vous tournez en solo et en duo (notamment avec André Manoukian). Quelle forme préférez-vous ?
Je me produis également en trio, en quatuor et avec orchestre : chaque formule a son charme, sa difficulté, sa forme.
Être accompagné d’un orchestre est grisant, demande de la puissance et de la virtuosité, mais l’intimité partagée, la confidence et la poésie d’un récital solo est une communion dont je ne saurai me passer.

Un verbe revient souvent lorsqu’on lit vos interviews : improviser. Comment cela se transforme avec un piano ?
Aussi loin que remonte ma mémoire, j’ai toujours aimé improviser. Le piano est à la fois mon confident, ma mémoire, mon animal familier, mon paysage imaginaire, mon double. Il m’arrive bien sûr d’avoir une partition sur le pupitre, mais c’est relativement rare, et en concert je ne fais pratiquement qu’improviser. J’entre sur la scène sans avoir la moindre idée de ce que je vais faire, et quand par hasard je prévois quelque chose à l’avance, une fois devant le clavier mes doigts font entendre tout autre chose ! L’improvisation, c’est la vie.

Laurent Bourbousson
Photo à la une : Denis Rouvre

Jean-François Zygel et André Manoukian – Jazz vs classique – 2 pianos
Vendredi 1er mars 2019 à 20h30 à l’Auditorium Jean Moulin – Le Thor
La représentation est complète mais on vous fait gagner 2 place su rla page facebook du blog.