[ITW] Manon Avram chorégraphie le politique – Les Hivernales

11 février 2019 /// Les interviews

L’agitation du monde extérieur et les questions qui en découlent sont au centre de la dernière création que la chorégraphe Manon Avram s’apprête à dévoiler au public du Festival Les Hivernales. Échange autour de Quand on se retrouve entre nous chacun reprend sa place.

Parler avec Manon Avram, de sa création en construction, apaise le regard que l’on peut porter sur l’actualité violente. Avec sa dernière création, la chorégraphe met au centre la parole et les corps de jeunes réfugiés. Elle traite la place du déplacement et de l’accueil.

Retrouver la notion du travailler ensemble

Après No(w) Hope, son précédent opus, elle avait besoin de travailler en équipe. « Il était très important de retrouver la notion de travailler ensemble sur ce sujet qui résulte des politiques migratoires. » Un peu comme remettre de l’humain dans cette catastrophe qui annihile l’être au néant.

Manon Avram ©Manuel Butter

« Le travail avec mon équipe relève d’un vrai désir. Connaissant le parcours de chacun, leur proposer cette thématique était logique. » Dans la distribution, on retrouve Fanny Avram, Lionel Bègue, El Hadi Guidoum, Bertrand Lombard, Gilbert Traina et Mélanie Vénino. 
Le parcours de chacun des interprètes sert ainsi le propos. Leur présence reflète un vrai engagement autant à leur place de danseur que de comédien. « Gilbert et Fanny, ma sœur, viennent du théâtre et leur physicalité devient de plus en plus importante sur scène. Pour Bertrand, ce serait le chemin inverse. El Hadi, qui est aveugle, est très impliqué dans ce projet. Lionel était déjà présent dans Intérieurs Nuit, quant à Mélanie, c’est un véritable coup de cœur que j’ai eu pour elle, pour ce qu’elle est. » Une équipe solide avec laquelle le travail s’est fait au plateau. Peut-être voir à travers cela les lignes mouvantes que peut offrir la création en danse contemporaine.

Faire bouger les lignes de la représentation

Si la distribution relève du cosmopolitisme, elle est le reflet du propos de cette création : faire évoluer les individualités à travers le prisme du groupe et de l’espace. Faire bouger les lignes de la représentation est de facto obligatoire. Pour se faire, la chorégraphe convoquera le public lors d’échanges. Les lignes de la frontière plateau/salle seront abolies pour l’occasion, les interprètes viendront en salle, le public se rendra sur le plateau. « Cette relation permet la parole. Nous allons tenter de placer le spectateur dans le groupe. Comment peut-il agir, réagir, faire corps avec les interprètes ? Autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre lors des sorties de résidence. »

Manon chorégraphie le discours politique, offre une ouverture sur l’autre, pour mieux nous comprendre, nous écouter, nous parler. Retrouvons nous au CDCN Les Hivernales pour ce partage.

Propos recueillis par Laurent Bourbousson
Photographie : Manon Avram

Quand on se retrouve entre nous chacun reprend sa place sera présenté le lundi 11 février 2019, à 18h, au CDCN Les Hivernales dans le cadre du Festival Les Hivernales. Renseignements ici.
Site de la compagnie Collectif K.O.com

Conception le Collectif KO.com | Chorégraphie Manon Avram avec la participation des interprètes | Interprétation Fanny Avram, Lionel Bègue, El Hadi Guidoum, Bertrand Lombard, Gilbert Traina et Mélanie Vénino | Musique Jérome Lapierre et Psalom d’Arvo Part | Texte Fanny Avram et un extrait de Mode d’Emploi d’Alexandra Badéa | Lumière Julien Soulatre | Création des marionnettes sombres Michael Cros et Nathalie Guichon (création de la seconde peau) | Régie générale et régie plateau Manuel Buttner et Julien Soulatre | Régie son Loïc Lambert