Le festival Les Suds, à Arles retient son souffle pour sa 25e édition

14 avril 2020 /// Les interviews
0 0 vote
Article Rating

Alors que les annonces d’annulation de festivals tombent en cascade depuis hier soir, suite à l’allocution du Président de la République qui préconise une reprise liée au monde culturel et à celui du spectacle vivant pour la mi-juillet, Ouvert aux publics a interrogé Stéphane Krasniewski sur l’éventuelle tenue du festival Les Suds, à Arles, du 11 au 18 juillet 2020.

Pour les Suds, à Arles, l’édition de cette année a un goût particulier, celle de la 25e édition. Alors que sa tenue, du 11 au 18 juillet, est menacée par la situation sanitaire que nous traversons, Stéphane Krasniewski, directeur des Suds, à Arles, et son équipe restent optimistes. Interview.

Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui après l’annonce de la suspension des festivals pour jusqu’à mi-juillet ? Envisagez-vos un éventuel report en août par exemple ?
Nous restons optimistes, la 25e édition du festival est prévue du 11 au 18 juillet prochain, mais nous nous préparons depuis plusieurs semaines à devoir l’adapter, en fonction des restrictions, de mobilité et de rassemblement. La souplesse de notre organisation, les ressources dont nous disposons grâce à nos connaissances et notre implication dans les différentes réseaux professionnels nous permettent de privilégier l’invention d’un nouveau format plutôt qu’un rapport hasardeux.

Économiquement parlant, que représenterait une annulation du festival pour cette édition anniversaire ? 
Il est trop tôt pour le dire, même si nous privilégierons la pérennité de la structure et de notre action à toute autre considération. Nous manquons encore d’information sur le maintien de certaines subventions et les modalités d’application du chômage partiel. La Région SUD, la Ville d’Arles et l’État ont d’ores et déjà annoncé qu’ils nous soutiendraient quelle que soit notre décision, ce qui nous permettra, nous l’espérons, d’honorer les engagements que nous avions pris envers les artistes les plus fragiles.  

Quelles sont vos attentes de la part des institutions ?
Toute la filière souffre énormément de cette situation et il est de notre responsabilité, en tant qu’institution culturelle, de faire entendre la voix de tous les acteurs, et d’assumer, plus que jamais, notre rôle structurant. Il nous semble important que les institutions maintiennent leurs aides, assouplissent les conditions de versement, de manière à ce que nous puissions, au plus vite, payer les groupes et les intermittents que nous avions prévu d’engager, même dans l’hypothèse où nous serions contraints d’annuler le festival. Par ailleurs, nous avons sollicité la cellule de crise mise en place par le Ministère pour avoir des précisions sur les critères d’appréciation des mesures et limites édictées par le Président de la République dans son intervention du 13 avril : à partir de combien est-on nombreux, quel jour commence la mi-juillet ?

Avez-vous eu des retours de la part des artistes que vous alliez accueillir ? Si un report n’est pas possible, est-ce que l’on pourrait imaginer cette même programmation pour l’année prochaine ?
Certains artistes ne pourront certainement pas venir, du fait de la fermeture des frontières, et au cas par cas, nous étudierons la possibilité de les accueillir l’an prochain.

Propos recueillis par Laurent Bourbousson

Le site Les Suds à Arles.

0 0 vote
Article Rating
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x