[VU] Rémi de Jonathan Capdevielle : un conte initiatique contemporain

11 janvier 2022 /// Les retours
0 0 votes
Évaluation de l'article

En adaptant le roman jeunesse Sans Famille d’Hector Malot, le metteur en scène Jonathan Capdevielle signe un flamboyant conte initiatique contemporain. C’est âpre, beau, amusant et terrible.

Pour son premier spectacle tout public, le metteur en scène-marionnettiste-comédien-ventriloque-danseur et chanteur Jonathan Capdevielle signe un Rémi saisissant de bout en bout et même au-delà.

Rémi à la scène

Le spectacle débute par une mise en abîme. Le comédien Dimitri Doré, au centre du plateau, est cet adolescent qui écoute une émission radio dans laquelle Rémi, le chanteur pop, est invité pour raconter sa vie. Cette première image induit au spectateur une totale appropriation du personnage clé de cette épopée.

Le public va donc suivre Rémi, campé par un Dimitri Doré excellent, à travers toutes ses aventures. Le parti-pris de la mise en scène, de faire évoluer l’ensemble des personnages sur un plateau pratiquement nu, permet à l’imaginaire de faire son travail. Des espaces enneigées, aux barres de HLM, à des rues malfamées ou encore sur des bateaux, Rémi guide son public dans son voyage initiatique aux préoccupations contemporaines.

La misère, la maltraitance, l’altérité, l’émancipation, la trahison, l’écoute, les maladies orphelines ou encore la force de vivre, et bien plus encore, traversent par touches ce conte signé Jonathan Capdevielle qui s’avère être une véritable réussite artistique en tous sens et un émerveillement pour les yeux (on pense aux costumes signés Colombe Lauriot Prévost et aux masques d’Etienne Bideau Rey).

De la scène à chez soi

Mais la fin du spectacle ne signifie pas la fin de l’aventure ! Elle se poursuit chez soi avec la fiction radiophonique, sous forme de cd, remise à chaque spectateur. Cette fiction fait alors écho à ce que nous avons vu, quelques heures ou quelques jours plus tôt, sur le plateau. Sa réalisation est une merveille et augmente encore plus les sensations traversées lors du spectacle. Et avec la magie du CD, cela peut s’écouter encore et encore.

À son écoute, l’auditeur peut se replonger allégrement sans ses plus jeunes années, lorsque enfant, il découvrait avec joie les fameux livres disques Le Petit Ménestrel, à l’aide d’un mange-disque (pour celles et ceux qui ne connaissent pas Le Petit Ménestrel, par ici).

Du spectacle, art éphémère, à la fiction radiophonique, qui peut s’écouter indéfiniment, Jonathan Capdevielle, que l’on peut entendre dans la fiction, fait s’entremêler deux créations qui sont en totale adéquation, faisant parti d’un tout, celui d’un spectacle réussi.

Entouré de ses brillants comédiens (Dimitri Doré*, Jonathan Drillet*, Arthur B. Gillette, Michèle Gurtner (ou Sophie Lenoir)*, Babacar M’Baye Fall (ou Andrew Isar)*, Anne Steffens), Jonathan Capdevielle signe une formidable adaptation du roman Sans Famille d’Hector Malot, et c’est à voir et à écouter absolument, avec ou sans enfant !

Laurent Bourbousson
Photographie : ©Marc Domage

*Distribution scénique

Demain, mercredi 12 janvier à 19h, à la Garance – Scène Nationale de Cavaillon. Rémi a été vu au Théâtre d’Arles, direction Valérie Deulin, le 8 juin 2021.

Générique Plateau

D’après Sans famille d’Hector Malot, conception et mise en scène Jonathan Capdevielle, adaptation Jonathan Capdevielle, en collaboration avec Jonathan Drillet, interprétation Dimitri DoréJonathan DrilletMichèle Gurtner ou Sophie LenoirBabacar M’Baye Fall ou Andrew Isar, assistante à la mise en scène (création) Colyne Morange, assistant à la mise en scène (tournée) Guillaume Marie, conception et réalisation des masques Etienne Bideau Rey, costumes Colombe Lauriot Prévost, assistante costumes Lucie Charrier, habilleuse Coline Galeazzi ou Cara Ben Assayag, coiffe Vitalis Mélanie Gerbeaux, lumières Yves Godin, régie lumière David Goualou ou Sylvain Rausa musique originale Arthur B. Gillette, création son Vanessa Court, régie son Vanessa Court ou Johann Loiseau régie générale Jérôme Masson ou Ugo Coppin, production, diffusion, administration Fabrik Cassiopée – Manon CrochemorePauline Delaplace et Isabelle Morel

Générique Fiction radiophonique

Direction artistique Jonathan Capdevielle, adaptation Alexandre Lenot, en collaboration avec Laure Egoroff et Jonathan Capdevielle, musique originale Arthur B. Gillette, réalisation sonore Laure Egoroff, chef opérateur du son & Montage son Mathieu Farnarier, mixage Djai, Elodie Fiat, mastering Pierre Luzy – Music Unit, interprétation Jonathan CapdevielleDimitri DoréJonathan DrilletArthur B. GilletteMichèle GurtnerAnne Steffens, illustrateur du poster Etienne Bideau Rey, direction de production Fabrik Cassiopée – Manon Crochemore, Pauline Delaplace et Isabelle Morel, en collaboration avec Air Rytmo – Maé Zamora, studios d’enregistrement Music Unit (Montreuil)Creative Sound (Paris) et La Puce à l’oreille (Montreuil) coproduction Air Rytmo Association Poppydog, avec le soutien de la SPPF, du FCM et de la SACEM.

0 0 votes
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x