[VU] Avec 7 mesures par seconde, n+n Corsino jouent avec les perceptions du vivant et du mouvement

14 janvier 2023 /// Arts plastiques - Les retours
4 1 vote
Évaluation de l'article

7 mesures par seconde navigations chorégraphiques, la passionnante exposition de n+n Corsino se voit jusqu’au 22 janvier au plateau 3 – chemin bleu de la Friche Belle de Mai et jusqu’à fin février au Pôle Média de la Friche Belle de Mai. Exposition réalisée dans le cadre de la Biennale des Imaginaires Numériques.

Depuis plus de trente ans, le duo n+n Corsino ne cesse de conjuguer le mouvement aux images. Avec l’apparition des nouvelles technologies, les chorégraphes-chercheurs ou chercheurs-chorégraphes ouvrent notre champ de perception et d’acceptation du mouvement dans son ensemble.

L’éphémère du mouvement, ce bref instant où le regard saisit la beauté du geste, devient une porte d’entrée dans l’ensemble de leurs oeuvres exposées dans cette exposition.

Le visiteur se retrouve ainsi happé par des danseuses et danseurs issus du vivant et de la technologie. L’hybride, la fantasmagorie, le réel, la légèreté, la plénitude, le rêve et bien d’autres sensations le saississent.

Il est ainsi donné à voir avec les deux espaces d’expositions, le bouleversement que peut susciter la technologie dans la perception que l’on se fait du vivant, dans la création du spectacle vivant et tout simplement notre rapport à l’existence même.

Des corps et des mouvements à découvrir à la Friche Belle de Mai

Le passionnant parcours construit dans l’espace d’exposition à la Friche Belle de Mai invite le visiteur à observer la danse et le mouvement. Avec les œuvres Winds et Tryptique [A] (ci-contre), l’évanescence du mouvement s’observe progressivement dans la montée de la chorégraphie. Dans la première, les élements naturels que sont le vent et la pluie viennent perturber la vision et dans la seconde, le mouvement puissant, ancré dans le sol laissant ainsi découvrir toute la bestialité de l’être, devient légèreté pour n’être que calligraphie.

Chez n+n Corsino, l’effacement du corps au profit d’éléments divers définissent le vivant dans son entière acceptation. Signs, Surfaces and the instant, et Bangalore fictions viennent ainsi souligner le postulat de la constitution de l’être qui s’apparente à une chimère issue du monde numérique.

Depuis leur début, le travail des chorégraphes est en constante évolution. Ils poursuivent leurs recherches dans le domaine de leur art avec les nouveaux outils technologies qui ouvrent des possibilités infinies de création. Ils questionnent par la même notre rapport aux élèments de l’univers. Sans pousser le raisonnement juqu’à écrire que leurs travaux sont cosmogonie, il convient de souligner la profondeur de leur geste artistique sous les aspects joueurs qui peuvent se dégager de la suite du parcours.

Avec Triptyque [Z], Leaves et Clouds, la nature s’invite dans le mouvement et le visiteur devient acteur des scènes. Le vivant se mue, se régénère et se développe dans des univers imaginaires qui viennent sortir le visiteur-acteur du tumulte de la vie.

Enfin, Self Patterns ouvre des possibilités de création artisitique infinie et questionne alors notre rapport à l’art.

Event by Eleven

Event by Eleven et Dragon Fly au Pôle Média

Saisissantes et appaisantes oeuvres, Event by Eleven et Dragon Fly (image d’illustration de l’article) sont les deux dernières œuvres créées par n+n Corsino. Toutes deux se révèlent révolutionnaires dans leur conception.
Event met en jeu le corps et l’Intelligence Artificielle au service d’une ode au plaisir et à la surprise. C’est devant un écran de 12 métres sur 3 que le visiteur va venir actionner, par mouvements sensibles, différents éléments. Event by Eleven est un poème dans lequel le visiteur découvre différents paysages où danseuses et danseurs évoluent au grè des fantaisies qui s’écrivent en temps réel.

Avec Dragon Fly, le visiteur plonge dans un monde bouleversant ses perceptions. Installé sur des fauteuils tournants à 360°, casqué de lunettes virtuelles et d’un casque audio, il devient acteur de cette magistrale création.
Cette œuvre est le syncretisme de l’acte créatif des n+n Corsino. On devine la combinaison des pensées et des volontés artisques ambitieuses qui animent le couple de chorégraphes-chercheurs.
Invité à passer de portes en portes, à la recherche d’un idéal, le visiteur-aventurier assiste avec Dragon Fly à l’écriture de nouvelles fables nécessaires au vivant. Le monde qui s’offre à lui est un concentré de sensations où le vivant prend tout son sens.

L’écriture, une importante nécessitude chez les n+n Corsino

La question qui vient se poser, une fois traversé et expérimenté toutes ses oeuvres, est de comprendre leur écriture. Tout débute par une commande de texte à une autrice ou un auteur. C’est l’élèment déclencheur à toutes nouvelles créations.

De ce socle, vient le mouvement, le travail de l’écriture chorégraphique. Ensuite, celui de l’écriture cinématographique pour capter la danse qui va servir de support aux navigations chorégraphiques ainsi créées. S’ajoute à cela, l’écriture musicale de Jacques Diennet donnant la tonalité nécessaire au voyage que le visiteur fait dans ces mondes ainsi créés. Tout est alors écriture et d’une extrême précision pour cette invitation au lâcher-prise afin de regarder notre vivant autrement.

Ces surprenantes et passionnantes œuvres sont à découvir du côté de la Friche Belle de Mai (jusqu’au 22 janvier) et du Pôle Média Belle de Mai (jusqu’à fin février), à Marseille.

Laurent Bourbousson

Générique

Tous les renseignements, à l’adresse suivante : https://www.lafriche.org/evenements/7-mesures-par-seconde/

Visitez le site de n+n Corsino

4 1 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Partager
0
Would love your thoughts, please comment.x