VU : C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde de et par Les Filles de Simone

10 avril 2017 /// Les retours

Les filles de Simone – Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau, Chloé Olivères – présentaient leur création C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde au Théâtre des Halles le 31 mars dernier, après leur succès au Festival Off de 2016. Retour.

Tout commence avec un test de grossesse et l’attente du résultat. Le deuxième trait apparaîtra-t-il ou non ? Et oui, il apparaît. C’est à partir de là que commence l’aventure des héroïnes, et à travers elles, toutes celles qui ont vu un jour le deuxième trait apparaître sur le fameux test. Ce qui suit dépeint avec beaucoup d’humour et de dérision, mais aussi de tendresse, les étapes et les épreuves auxquelles sont confrontées les futures mères aujourd’hui.

Claire et Tiphaine plongent dans l’inconnu de la grossesse et de la maternité et partent à la rencontre d’une galerie de personnages qui dessinent les enjeux complexes et pesants de ce rôle en devenir dans notre société. De la gynécologue au psychologue, du metteur en scène à leur propre mère, en passant par la sage-femme aux méthodes naturelles farfelues, les scénettes sont tout à la fois drôle, touchantes ou ahurissantes.

Le spectacle décrit avec justesse et intelligence l’incroyable chaos des émotions, des doutes, des angoisses, des contradictions, des réalités prosaïques et des petits bonheurs qui émaillent cette épopée. La mise en scène, tout à la fois simple et astucieuse, fait la part belle aux objets qui viennent soutenir et illustrer avec humour la proposition, du ballon de baudruche, qui se gonfle doucement au rythme du ventre qui s’arrondit, à la toison d’or qui se transforme en barbe. C’est parfois cru, mais toujours très drôle.

Au cœur de la proposition, un questionnement :
« Suis-je si égoïste ? Suis-je une sorcière ? Suis-je déjà une mauvaise mère ? »
Et par là, le fameux dilemme, peut-on aujourd’hui être à la fois une femme épanouie personnellement et professionnellement, une féministe ET une bonne mère ?

Si la question semble dérisoire, cette création démontre bien toute l’ambiguïté de notre société et de ses représentations collectives persistantes. Les deux comédiennes pulvérisent sans rougir et sans fard les tabous et l’omerta ambiante. C’est avec un plaisir certain, une revanche subtile, qu’elles nous mettent face l’image de la mère telle qu’elle circule encore : cette Vierge à l’enfant comblée, mère parmi les mères, que l’on croyait depuis longtemps remise au placard.

Le va-et-vient entre la vie des personnages et la réflexion de deux comédiennes qui élaborent leur récit – « attends elle ressent quoi là, à ton avis ? » – inscrit cette proposition dans un double regard. Bien sûr, c’est du théâtre, bien sûr les comédiennes se sont inspirées de leur propre expérience pour l’écrire, et bien sûr certains choses sont exagérées, mais le sont-elles tant que ça ?

Elles profitent de ces moments aussi pour faire intervenir ceux qui ont pensé la condition féminine et la maternité. L’intervention de Simone de Beauvoir en personne, de Badinter, d’Edwige Antier et de bien d’autres inscrivent la proposition dans une réflexion engagée. Car cette proposition prend bien la forme d’un manifeste pour rétablir la vérité sur le fait d’être mère, d’être femme aujourd’hui.

En prêtant un regard décomplexé sur la femme, la maternité et notre société, les Filles de Simone nous offre une proposition drôle, inventive et profondément humaine à l’image de leurs personnages. C’est aussi une véritable plongée dans l’esprit féminin et son tourbillon. Dans la salle, les rires fusent, qu’il s’agisse des déjà-mères, des femmes qui ne le seront jamais, mais aussi des hommes. Si vous avez raté les aventures de Claire et Tiphaine, suivez la tournée, à voir absolument.

Camille Vinatier

Découvrez le Teaser C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde

Photo : ©Giovanni Cittadini Cesi

C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde a été vu au Théâtre des Halles (Avignon)
Création collective : Les Filles de Simone, Claire Fretel, Tiphaine Gentilleau, Chloé Olivères
Avec : Tiphaine Gentilleau, Chloé Olivères | Conception et mise en scène : Claire Fretel | Conception, texte et interprétation : Tiphaine Gentilleau | Conception et interprétation : Chloé Olivères | Lumières : Mathieu Courtaillier

à voir : le 5 mai 2017 au Théâtre Municipal de Poissy (78) | 27 mai 2017 au Théâtre 95 – Cergy (95)