Vu #OFF16 : Avec Bovary, Cendre Chassanne nous rend addict à Emma

11 juillet 2016 /// Les retours - VU #OFF

Cendre Chassanne se tape un trip avec son spectacle Bovary, dans lequel elle converse avec Gustave Flaubert et François Truffaut. Retour.

Pauline Gillet dans la vidéo de "Bovary"

Pauline Gillet dans la vidéo de « Bovary »

Cendre Chassanne a des nuits bien remplies, et cela tombe plutôt bien puisqu’elle est frappée d’insomnies. Entre le fait de ménager Gustave Flaubert pour les coupes effectuées dans son roman Madame Bovary pour cause d’adaptation cinématographique par François Truffaut et l’écriture du script du film, cette insomniaque passe ses nuits avec Emma.

Cendre Chassanne est une amoureuse du roman. Elle en connaît toutes les subtilités pour en extraire, alors, la question centrale de l’oeuvre : qu’est-ce que le bonheur ? Est-il inhérent à l’amour ?
En posant ces questions, la comédienne et auteur du texte, donne à Emma une autre image que la société d’alors lui avait collée. Elle en fait notre contemporaine, la rend accessible, et explore la substance du bovarysme, le fait de rêver une autre vie.

Son jeu de scène est d’une justesse aiguisée. La voir allumer une cigarette après la lecture d’épisodes dans lesquels Emma connaît la jouissance, ou l’écouter dire son obsession addictive pour ce personnage tout comme Flaubert en fut victime lors de l’écriture du roman, contribue au va-et-vient incessant entre fiction et réalité.
La réussite de ce spectacle réside aussi dans le fait de laisser croire que l’on assistera réellement à la création de ce film, objet de fantasme rendu réel par la projection d’images et la voix de François Truffaut distillant des conseils précieux pour sa réalisation.

Oui, ce film dépassera donc tout l’académisme que Chabrol avait mis dans Madame Bovary, car il sera l’oeuvre d’une création collective, fruit d’un travail entre Cendre Chassanne et le public, dont Truffaut en saisira toute l’intensité vitale, car nous sommes toutes et tous des enfants du bovarysme.

Bovary, les films sont plus harmonieux que la vie, de et par Cendre Chassanne, au Théâtre des Halles (Avignon), jusqu’au 28 juillet, à 11h00 ( relâche les lundis).
Tél. : 04 32 76 24 51

Laurent Bourbousson