[VU] OFF19 : Lampedusa Beach mis en scène par Eleonora Romeo

5 septembre 2019 /// Les retours - VU #OFF

En 2018, nous avions rencontré Eleonora Romeo lors de la création de Lampedusa Beach. Malheureusement, nous n’avions pu la découvrir à cause d’un planning chargé ! Cet été, Lampedusa était programmée au Théâtre des Carmes. Nous nous sommes, donc, rattrapés. Retour.

Lors de notre interview, Eleonora Romeo ne nous avait pas tout dévoilé de sa mise en scène (à réécouter ici). Elle souhaitait garder le mystère sur cette dernière, et elle avait parfaitement raison. Il faut dire que, pour sa première création, Eleonora Romeo fait preuve d’une parfaite maîtrise à tous points de vue. De sa direction de comédienne, aux lumières et espaces de jeu qui donnent toute la dimension tragique, humaine et humanitaire de ce qui se joue, en ce moment même, sur les côtes méditerranéennes, elle signe une première création parfaite.

Lampedusa Beach, le récit d’un naufrage

Écrit en 2003 par Lisa Prosa, Lampedusa Beach est le premier volet de la Trilogie du Naufrage. 16 années nous séparent de sa création et l’on ne peut que constater que rien n’a changé. Lampedusa Beach est donc le récit de Shauba l’affffricaine en partance pour l’Eldorado, cette terre promise où richesse l’attend. Cela, elle le tient de Mahama, la mère de tous ceux qui doivent partir. Elle est leur passeur avec cette particularité, celle de siffler certains mots comme Affffrique ou encore capitalllliiiissssme.
Shauba raconte son périple jusqu’au fond marin, son lieu de sépulture. Elle n’épargne rien et personne, encore moins les chefs d’État miteux qui peuplent notre monde.
La force du récit réside dans sa structuration et plonge le spectateur dans un espace quadridimensionnel, la mer, la plage, les cales du bateau et l’Afrique où tous les ressentis, les espoirs et les vérités s’entrechoquent.

4 espaces de jeu pour une comédienne

Eleomora Romeo a conditionné l’espace de jeu en 4 lieux. Le petit aquarium posé à cour devient l’immensité de la mer Méditerranée ; les cartes postales au lointain, l’Afrique quittée ; Les caisses entreposées à jardin, les cales du bateau qui servent de lieu de sévices ; le sable en bord de scène, la plage rêvée de Shauba. Astucieuse mise en scène qui permet à sa comédienne, l’excellente Stefania Ventura, de progresser d’un point à l’autre tout au long de son monologue.
La lumière de Damien Gandolfo habille les paroles de Shauba à leurs justes valeurs, celle d’une humanité qui n’a de cesse de se rêver un monde meilleur que celui léguer par le postcolonialisme.

Stefania Ventura, une sacrée révélation

S’il fallait retenir une comédienne pour ce Off d’Avignon, Stefania Ventura pourrait être celle-ci. Elle fait partie de ces comédiennes entières qui ne trichent pas, preuve en est de se donner entièrement à Shauba et Mahama.
Son parler donne au texte le rythme nécessaire pour tenir le spectateur en apnée, l’entraînant avec elle dans sa descente abyssale.
Rien n’est artifice chez elle. Lorsqu’elle dit se mettre à la proue du bateau, avec ses lunettes de soleil pour ne pas être éblouie, elle a cette force de convoquer toute l’ambiance autour d’elle. Stefania Ventura donne toute la force nécessaire et porte ce texte, hautement politique, avec courage.

Lampedusa Beach doit être vu, entendu et ressenti, ne serait-ce que pour ne pas oublier le désastre humain qui se déroule à quelques pas de nos côtes méditerranéennes. La Compagnie ERRE, dirigée par Eleonora Romeo, poursuit l’adaptation de la Trilogie du Naufrage, avec Lampedusa Snow. On ne peut que lui souhaiter que les professionnels du spectacle vivant aient un œil attentif sur elle.

Laurent Bourbousson
Crédit photo : Stefania Ventura dans Lampedusa Beach ©Barbara Buchmann

Générique

Lampedusa beach a été vu lors du Festival Off Avignon 2019 au Théâtre des Carmes.
Premier volet de La trilogie du naufrage de Lina Prosa – Traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro | Mise en scène Eleonora Romeo / Cie ERRE | Interprétation Stefania Ventura | Musique Jamespange et Éric Craviatto | Lumière Damien Gandolfo, assisté de Franck Michallet