Le festival d’Avignon n’aura pas lieu : Laetitia Mazzoleni, directrice du Théâtre Transversal, répond à nos questions

14 avril 2020 /// Les interviews - OFF
0 0 vote
Article Rating

Alors que les annonces d’annulation de festivals tombent en cascade depuis hier soir, suite à l’allocution du Président de la République, Ouvert aux publics donne la parole aux directions de théâtre.

Laetitia Mazzoleni, directrice du Théâtre Transversal et directrice artistique de la compagnie Agence de Fabrication Perpétuelle, répond à nos questions suite à l’annulation du festival d’Avignon.

Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui après l’annonce de la suspension des festivals pour jusqu’à mi-juillet ?
Comme tout le monde je crois, je suis sous le choc. Même si nous ne nous faisions plus trop d’illusions depuis quelques semaines. Le fait que ce soit officialisé a tout de même été une secousse. Je pense surtout aux compagnies qui devaient venir jouer cet été, je pense à leur peine. Je leur ai envoyé un long mail de soutien hier soir et depuis ce matin je les ai une à une au téléphone. C’est fabuleux de voir ces liens qui se créent à chaque nouvelle programmation, la plupart veulent revenir l’année prochaine, une compagnie que je soutiens depuis 2 ans maintenant m’a même proposer de m’aider financièrement… C’est le monde à l’envers ! Mais ça fait chaud au cœur. Nous sommes une famille et nous nous serrons les coudes.

Pour votre structure, cela représente que manque à gagner ?
C’est la quasi totalité de mon chiffre d’affaire ! Disons 95%. Alors oui, d’un point de vue financier, c’est catastrophique. Le théâtre perd de l’argent toute l’année, nous savons tous que ce n’est pas une activité rentable, et le festival sert à rééquilibrer. Le budget du festival sert à réinvestir dans la culture grâce à des résidences, de la coproduction. Je sais déjà que la saison prochaine sera légère en terme d’aide aux structures. Mais je relativise en me disant que je suis en bonne santé, ma famille et mes proches également. Le milieu de la culture va tanguer quelques années mais nous nous en relèverons et ce temps va nous permettre de réinterroger nos pratiques et leur fonctionnement.

Quelles sont vos attentes de la part des institutions ?
De l’aide, évidemment ! (Rires) Ce serait fabuleux que les institutions nous sauvent, mais cela ne suffit pas. Quand je disais que nous devions réinterroger nos pratiques, c’est également dans ce sens-là. Faire reposer l’activité annuelle d’un théâtre sur l’argent gagné lors d’un seul événement n’est pas viable à long terme, c’est trop dangereux. Je vais donc rapidement me retourner vers les institutions qui me soutiennent déjà en tant que compagnie pour travailler ensemble à un modèle viable de lieu permanent.

Avez-vous eu des retours des compagnies que vous alliez accueillir ? Est-ce que l’on pourrait imaginer que ces compagnies reviennent pour le festival 2021 ?
Oui, comme je le disais je pense que ma programmation 2021 est déjà faite ! (Rires) Plus sérieusement, je sais que certaines ne pourront pas revenir, mais toutes en ont envie. C’est une période très difficile pour les compagnies et aujourd’hui elles sont incapables de savoir si elles pourront investir dans un nouvel Avignon. L’avenir est trouble pour la plupart d’entres elles. Nous ferons au mieux pour les aider.

Vous êtes vous-même metteure en scène. Aviez-vous une création pour le Festival ?
Oui, et là c’est la double peine. Je devais répéter Atteintes à sa vie de Martin Crimp en mars/avril, ça a donc été reporté à une date ultérieure, et je devais mettre en scène Dominique Frot et Jean-Luc Verna dans Oh les beaux jours de Samuel Beckett pour le Festival. Ces deux projets me tiennent tellement à cœur ! Nous rêvons même avec Dominique à passer le mois de juillet ensemble pour travailler… Ce sont deux artistes fabuleux, j’ai hâte de les retrouver sur scène… Pour vous ce sera en juillet 2021 ! et même avant pour les avignonnais… Nous verrons bien si nous pouvons nous permettre deux créations lors du prochain festival, je croise les doigts.

Propos recueillis par Laurent Bourbousson
Photographie : Laetitia Mazzoleni ©Marc Lacaze

Site du Théâtre Transversal

0 0 vote
Article Rating
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x