[VU] Avec Le sourire au pied de l’échelle, un Denis Lavant magistral

21 octobre 2020 /// Les retours
5 1 vote
Évaluation de l'article

Qui d’autre que Denis Lavant pour jouer cet « Auguste », ce clown qui au plus profond de lui-même ne vit que pour transmettre la joie aux spectateurs ? Adulé puis rejeté, il erre jusqu’à trouver sa place au sein d’un cirque de seconde zone comme palefrenier ou homme à tout faire jusqu’à remplacer, par un concours de circonstances, le clown sans talent de ce cirque…

Dès les premiers instants, Denis Lavant, par petites touches gracieuses, esquisse Auguste, ses errances intérieures et ses doutes. Tantôt grave, tantôt aussi léger que l’air, il virevolte sur scène entraînant les spectateurs avec lui dans son cirque imaginaire. Quelques accessoires et une simple échelle – comme le chemin vers un idéal inaccessible – nous permettent d’être entraînés avec lui dans cette ballade vers l’absolu et une chute inéluctable. Eclairé par de subtils jeux d’ombre créés par Philippe Beau, ce paillasse funambule oscille avec entêtement entre raison et déraison. La metteuse en scène, Bénédicte Nécaille, dirige à la perfection son comédien en lui laissant cette part d’intime qui permet à chaque spectateur de se reconnaitre au travers de ce clown.

Comme à son habitude, Denis Lavant est magistral. Il y a évidemment beaucoup de lui-même qui transparaît dans cette mise en scène et dans son jeu mais il parvient, au-delà de sa propre expérience, à être tout le monde, à parler à chacun d’entre nous. Après avoir présenté au Festival Off 2019 « La dernière bande » de Samuel Beckett au Théâtre des Halles, Denis Lavant revient une fois de plus avec un spectacle qui a quelque chose d’universel et donc d’essentiel. Seul sur scène, le comédien, sans artifices, joue le monde qui l’entoure, passe avec aisance d’un rôle à l’autre par ses talents de mime et plonge le spectateur dans son monde avec fluidité et poésie.

Un magnifique spectacle, intelligemment mis en scène et porté avec délicatesse et sensibilité par un des plus grands comédiens français actuels.

Pierre Salles
Crédit photo : Vincent Pontet

Générique

Un sourire au pied de l’échelle d’Henry Miller a été vu au Théâtre du Chêne noir, le 15 octobre.
Interprète Denis Lavant |Adaptation Ivan Morane |Mise en scène Bénédicte Nécaille

5 1 vote
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x