[VU] Bouchra Ouizguen suspend le temps avec Éléphant à Montpellier Danse

22 juin 2022 /// Les retours
0 0 votes
Évaluation de l'article

Éléphant de Bouchra Ouizguen est une plongée au cœur et en chœur de la vie marocaine. Retour.

En compagnie de Milouda El Maataoui, d’Halima Sahmoud et de Joséphien Tilloy, Bouchra Ouizguen déroule, sur le temps du spectacle, une journée de vie durant laquelle les rires, les pleurs, les danses et les paroles viennent nourrir le quotidien des habitants de cet espace imaginé par la chorégraphe.

Bouchra Ouizguen convie alors le public au cérémonial d’une vie et offre avec Éléphant une proposition faite d’émotions et de sensations.

Différents états de corps racontent Éléphant

L’entrée au plateau de deux servantes qui viennent nettoyer le sol pour en effacer les traces de pas poussiereuses, au son d’une musique arabe, marque le début du voyage que le public s’apprête à faire. Ce n’est plus dans le studio Bagouet de l’Agora (Montpellier) qu’il est physiquement, mais au cœur d’une maison arabe traditionnelle dans une médina. La lumière crue provenant des coulisses à jardin laisse l’imagination prolonger l’espace du plateau.

Constitués de différents moments d’une journée, soulignés par des variations de lumières signées Sylvie Mélis, Elephant débute donc avec un ballet de serpières et les corps ondulants des interprètes pour faire place nette. Tel un rituel, la purification de l’espace se finalise par l’encens mené par une danseuse avant de laisser place à une femme ornée d’un couvre-chef et d’étoffes somptueuses. Sa danse dévoile ses pieds et ses mains. Le regard se fixe sur ces seules parties du coprs données à voir. C’est avec minutie que la danseuse exécute ses pas et mouvements.

Une sororité à l’épreuve de la vie

Les trois femmes apportent alors un tapis sur lequel elles prendront place. Entre les paroles et les rires, le chant s’invite. Leurs chants arabes emplissent l’espace. Elles racontent leur vie, leur blessure. L’ivresse du rythme et des chants s’empare d’elles pour une folle course dans laquelle les corps courent, roulent, exultent.

Les pleurs viennent stopper ce moment libérateur. Ils rappellent que la joie fait place à la tristesse, que les rires font place aux pleurs. Les corps des femmes se soutiennent dans des portés marqueurs d’une certaine sororité. La force des interprètes est réelle. Elle vient apporter au récit une profondeur d’âme et de sincérité.

Elephant imprégne considérablement l’esprit. Bouchra Ouizguen signe une pièce pleine de force et de poésie qui est une véritable offrande faite à la vie.

Laurent Bourbousson
Visuels : Tala Hadid – Compagnie O

Générique

Éléphant a été vu lors du festival Montpellier Danse 2022, le samedi 18 juin

Direction artistique : Bouchra Ouizguen
Avec : Milouda El Maataoui, Bouchra Ouizguen, Halima Sahmoud, Joséphine Tilloy
Lumière : Sylvie Mélis

À voir : au Festival d’Automne 2022 – Centre Pompidou, du14 au 17 Septembre ; au T2G Théâtre de Gennevilliers, Centre Dramatique National, les 29 et 30 Septembre ; au Points communs – Théâtre 95, le
11 Octobre

0 0 votes
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Partager
0
Would love your thoughts, please comment.x