[VU] Canti, les belles études de Simon Bailly

27 février 2024 /// Les retours
4 1 vote
Évaluation de l'article

Le chorégraphe offre un ensemble de belles études poétiques sur la relation chant et danse avec Canti.

La chapelle des pénitents blancs à Avignon figure parmi les lieux qui confèrent une once de magie. La gageure, pour l’artiste qui s’y produit, est d’épouser cet espace et non de rivaliser avec ce dernier. Ici, l’œuvre de Simon Bailly est à la hauteur de l’enjeu. On se dit, à la sortie du spectacle, que l’endroit s’est révélé être l’écrin parfait pour ce moment suspendu que les interprètes ont offert au public.

Des études multiples

Formé au chant, avant la danse contemporaine, Simon Bailly n’a de cesse d’explorer le champ des possibles des interactions entre la voix et le corps en mouvement.
Avec Phanuel Erdmann, Martial Pauliat, Anne-Emmanuelle Davy, il convoque pour Canti tout un ensemble de chants et toustes se lancent dans les explorations offertes.

Du chant a cappella qui en appelle au chœur, à la comptine, en passant par des airs électro ou encore des souffles de vent imperceptibles, le chorégraphe convoque tout un panel de sensations.

Canti ou l’art de la communion

Les études reliées les unes aux autres forment un tout cohérent à la poésie et à l’humour subtil bien pensés. Les corps opèrent cette traversée avec douceur et délicatesse ou à l’inverse avec rugosité et force, selon le chant et la danse convoqués.

Chaque temps est une communion des arts que le public vit à l’unisson. Le chant, la danse et le dessin ne font qu’un se mêlant les uns aux autres. 

En fond de scène, les projections des gobos de suie matérialisent les mouvements dansés des interprètes. Les tracés inscrivent alors le geste furtif de la danse durablement. Ils sont la trace de ce qui n’est plus, de ces moments de communion que chacun a vécu.

Simon Bailly développe une écriture précise, concise et précieuse, et fait de Canti, un beau geste poétique chorégraphique. 

Laurent Bourbousson
Crédit photo : ©Maxime Garault

Canti a été vu le samedi 24 février dans le cadre du Festival Les Hivernales.

Générique

Chorégraphie : Simon Bailly | Interprètes : Phanuel Erdmann, Simon Bailly, Martial Pauliat et Anne-Emmanuelle Davy | Gravures : Nadja Bailly | Lumières: Thomas Cany | Costumes: Constant Chiassai | Regard extérieur: Marie-Lise Naud

Coproduction : Incubateur de la Fondation Royaumont, Klap Maison pour la danse à Marseille, Théâtre de Vanves | Accueil en résidence: Les Hivernales CDCN d’Avignon, Théâtre d’Arles | Soutien : DRAC PACA, Région Sud, Département des Bouches du Rhône, Atelier de Paris CDCN, Jeune Théâtre National

4 1 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Partager
0
Would love your thoughts, please comment.x