VU #OFF17 : Marginalia du Collectif 8

Marginalia du Collectif 8 allie découverte et ingéniosité. Retour.

Marginalia ©Collectif8

C’est en 6 chapitres que le Collectif 8 invite le public à rencontrer l’univers d’Edgar Allan Poe et à découvrir l’histoire du Double assassinat de la rue Morgue. Du chapitre 1, intitulé La rencontre, au chapitre 6, nommé La résolution, l’écriture du texte que l’on doit au travail documenté de Gaële Boghossian met à jour toutes les faiblesses de l’auteur ainsi que son esprit lumineux.

L’introduction au spectacle plonge littéralement le public dans les questionnements de l’auteur. Les fantaisies, dont est victime l’écrivain, qu’il surnomme les « ombres d’ombres », sont innombrables et colonisent son esprit. Le voici empreint de ses impressions psychiques corroborant alors l’étiquette fantastique qui lui est associée.

Cependant, Marginalia donne une autre facette au personnage.
Pourvu d’un esprit analytique, Edgar Allan Poe semble créer son double afin d’exploiter la perception intuitive dont il a l’aisance. L’enquêteur Chevalier Charles Auguste Dupin est le fruit de son imagination. Cela lui permettra d’enclencher alors un mécanisme de pensée en perpétuel mouvement dont il se servira pour l’écriture des premières enquêtes policières, dont Le double assassinat de la rue Morgue.
Dupin avec lequel il converse le pousse dans ses retranchements et questionnements de l’âme humaine. C’est un jeu de rôles qui se joue dans ce décor aux multiples transformations. Cette boîte, sur laquelle sont projetées des vidéos magnifiques, recèle autant d’ouvertures et de trappes que l’esprit de Poe.

Dupin (Paulo Correia) et Edgar Allan Poe (Fabien Grenon) ©Collectif8


Il est jubilatoire de voir Fabien Grenon (Edgar Allan Poe) et Paulo Correia (Dupin), duo fantasque et passionnant, résoudre l’enquête du double meurtre. L’écriture habile met le public en alerte, laissant ici ou là des clés de compréhension pour mieux faire connaissance avec les facettes de cet auteur. Marginalia est un cluedo théâtral dans lequel on plonge avec bonheur.

Laurent Bourbousson

Marginalia, à l’Entrepôt, jusqu’au 30 juillet
Mise en scène GAËLE BOGHOSSIAN
Adaptation / Dramaturgie GAËLE BOGHOSSIAN
Création vidéo PAULO CORREIA
Création musicale et sonore CLÉMENT ALTHAUS
Scénographie COLLECTIF 8 d’après une création de JEAN-PIERRE LAPORTE
Lumières SAMUÈLE DUMAS

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *