[ITW] Nono Battesti pour Double

23 novembre 2018 /// Les interviews

Nono Battesti sera à l’Auditorium du Thor, dimanche 25 novembre à 18h, avec sa création Double. Interview de celui qui a remporté le Prix du Public Off 2016 avec cette création.

À la rencontre de Nono Battesti

Pouvez-vous nous dire qui est Nono Battesti ?
C’est une question vaste ! Je suis un artiste avant tout. Un artiste qui pose un regard interrogateur sur le monde qui l’entoure et sur ses rêves. J’appartiens à une nouvelle génération d’artistes qui mêlent les différentes pratiques artistiques et ne se posent pas trop de questions par rapport aux canevas, aux grilles de lecture de la bureaucratie du spectacle vivant. Cette nouvelle génération brise les murs. Elle a l’instinct de mélanger les choses, d’aller à la rencontre des autres dans son acceptation dans toutes ses dimensions.

Quel est donc votre moyen d’expression pour cela ?
Mon expression est la danse. Je crée des chorégraphies, des tableaux qui sont l’expression de ce que je ressens, de ce que j’observe. En résumé, c’est le regard d’un jeune homme de 30 ans qui est déposé au milieu du monde. J’essaie d’avoir un regard d’enfant, interrogateur, sans juger. Je fais tout ceci en étant le plus juste possible avec mon parcours qui celui d’un enfant adopté et étant entouré par une belle équipe.

Les créations de la compagnie

Les teasers de vos créations permettent au public différentes façons de rentrer dans vos propositions.
Exactement. Il y a les gens qui aiment ce qui est visuel et aime le côté spectaculaire, même si je n’aime pas ce mot, il y a des gens qui vont être accrochés à la danse, d’autres à la musique… La seule chose qui rassemble ceci et qui guide mon art est l’émotion. L’émotion est commune à tout le monde. On la retrouve dans la musique, dans le spectaculaire, dans la danse. Dans mes spectacles, tout est narratif. Le public se retrouve dans l’histoire. Ils peuvent se projeter et mettre de leur propre vécu dans ce qu’ils vont recevoir.

Vous avez évoqué votre équipe que l’on pourrait définir de fidèles ?
Ce sont plus que des fidèles. Avec Quentin Halloy, Juliette Colmant et Dina, nous avons créé Double il y a 6 ans et nous le tournons depuis. Nous avons évolué ensemble.
Je laisse beaucoup de place à chacun pour des propositions lorsque nous sommes en création et je questionne ce qu’ils ressentent par rapport à mon histoire parce qu’ils vont exprimer ma pensée sur le plateau. Je fais très attention à comment ils vivent cette émotion afin que cela soit juste par rapport au public car chaque personne, qui verra le spectacle, le vivra à sa façon.
Je leur ai proposé de repartir sur un second projet, Trance. Nous l’avons présenté cet été à Avignon, au Théâtre Golovine, là où nous avions présenté Double, et nous avons rencontré un énorme succès. Nous étions complets tous les jours.

Le travail de la compagnie

Votre compagnie est basée en Belgique.
Oui, mais nous avons l’esprit partout. En ce moment nous sommes beaucoup en France : nous avons fait 60 dates l’année dernière, il y en a 30 cette année. Fin janvier, nous serons à Paris pour 6 dates.
La philosophie de la compagnie est de proposer des spectacles accessibles. Je ne veux pas faire du conceptuel. Je pense que c’est pour cette raison que nous avons une belle tournée. On souhaite faire vivre des émotions aux personnes qui viennent nous voir.

Vous développez le CID program avec la Province du Brabant Wallon. Quel est ce programme ?

Le CID signifie Coaching Intensive Dancer. Cette démarche est née suite à mon parcours. J’ai eu la chance d’être aidé, coaché par des mentors et je me rends compte que beaucoup de jeunes n’ont pas cette chance. Le CID, subventionné par la Province Brabant Wallon, répond à ces attentes. 3 danseurs sont sélectionnés, on les pousse au maximum dans leur projet. Des intervenants sont invités. Durant l’année, on tente de répondre à ces questions : comment réussir une audition, dans quel genre on souhaite évoluer, comment trouver du travail… Toutes ces questions sont abordées par ma compagnie.

Vous avez également à votre actif le N’Dance project ?
C’est un gros projet. C’est une web-série que j’ai créée pour plusieurs raisons. En tant que chorégraphe, on a des idées tous les jours et plein de choses viennent en tête. Certaines choses peuvent être exploitées en spectacle et d’autres non. NDance project sont ces idées mises en scène dans ces courts et qui n’ont pas encore trouvées de place sur scène. Je vais parfois piocher dedans. La création Transe est partie d’un épisode.
C’est projet qui vise à faire danser tous les danseurs Wallon que je rencontre, mais aussi à développer mes idées et mises en scène. C’est un projet 100% belge : du danseur, aux musiciens, au monteur… J’aimerai bien exporter ce projet en France.

Propos Recueillis par Laurent Bourbousson
Crédit photo : Christel Rochet

Nono Battesti à l’Auditorium Jean Moulin – Le Thor avec Double, dimanche 25 novembre à 18h. Renseignements ici.
Direction artistique, chorégraphie, danse Nono Battesti | Chant et danse Dyna B | Danse Juliette Colmant | Guitares et percussions Quentin Halloy | Direction technique et éclairages Benjamin Struelens | Ingénieur son Cédric Alen | Scénographie OlivierBattesti