ITW OFF21 – Marie Provence et ses Belles de nuit à Artéphile

5 juillet 2021 /// Le boudoir du OFF - Les retours - OFF - VU #OFF
5 1 vote
Évaluation de l'article

Le Théâtre Artéphile accueille la Compagnie 7e ciel, les jours impairs à 14h55, pour Belles de Nuit. Une pièce sensible, poétique et lumineuse sur le temps qui passe. Interview.

Marie Provence – Cie 7e ciel met en scène le texte de Magali Mougel, Les Belles de Nuit. Nous l’avons rencontrée samedi dernier, à quelques jours du début du festival.

Les Belles de nuit, une belle ode sur le temps qui passe

Les Belles de nuit, mis en scène par Marie Provence, est une des belles surprises de ce début de festival.

Il y a tout d’abord le texte troublant de Magali Mougel qui traite de la seconde partie de notre vie que nous vivrons toutes et tous.

Comment vivons-nous à partir de 55 ans ? , à quoi nous raccrochons-nous lorsque la mémoire défaille ? , comment vivrons-nous les premiers jours du reste de notre vie ? sont autant de questions que nous sommes amené·e·s à nous poser.

L’auteure a répondu à une commande de Marie Provence, celle de mettre au plateau les femmes rendues invisibles par cet âge qui avance et les affres de la maladie Alzheimer. Le texte Les Belles de nuit propose des doubles lectures pour rendre évidente la question cruciale que nous nous posons toutes et tous : comment vieillir dignement ? et surtout celle du : comment vieillirons-nous ?

C’est à travers l’histoire de Michelle et de ses amies que Marie Provence guide le spectateur dans ce lumineux moment de théâtre porté par des comédien·ne·s toujours justes dans leur jeu (mention spéciale à Fanny Roger et Line Wiblé entourées de Pascal Rozand et de Dominique Sicilia).

La scénographie sert à merveille l’écriture de Magali Mougel. Les espaces définis par les variations lumineuses sont autant de chemins que Michelle conserve en mémoire pour raconter celle qu’elle était.
L’odeur de la laque Elnett ou encore le parfum d’eau de rose ou d’oranger sont ses madeleines de Proust et la font revivre un temps passé. Et les vôtres, quelles sont-elles ?

Marie Provence signe ici une formidable ode à la vieillesse, au temps qui passe, à ce lien indéfectible que nous entretenons avec nos aîné·e·s, à nos parents, à la vie en somme.

Laurent Bourbousson
Visuel : Le Bus Digital

Générique

Texte et dramaturgie Magali MOUGEL | Mise en scène Marie PROVENCE | Avec Fanny ROGER, Pascal ROZAND, Dominique SICILIA, Line WIBLÉ| Scénographie et costumes Claudine BERTOMEU| Création sonore Benjamin DELVALLE | Création lumières Jean-Bastien NERH | Assistante mise en scène Florine MULLARD | Regard chorégraphique Ana GABRIELA CASTRO | Régie générale Leila HAMIDAOUI | Crédit photos LE BUS DIGITAL

Production 7e Ciel | Coproduction Théâtre du Jeu de Paume – Aix-en-Provence | Soutiens, Théâtre Joliette, scène conventionnée pour les expressions et les écritures contemporaines –  La Chartreuse, Centre National des Ecritures du spectacle – Le Théâtre de l’Ephémère, scène conventionnée d’intérêt national, art et création, pour les écritures contemporaines – Châteauvallon, scène nationale, Scènes et Cinés, scène conventionnée Art en Territoire, ATP des Vosges, DRAC Sud PACA, Ville de Marseille, Département des Bouches du Rhône, Ensemble en Provence, Région Sud PACA, SPEDIDAM , ADAMI. Aide au développement : Parallèle – Plateforme pour la jeune création internationale. 7e Ciel bénéficie de l’aide de la Direction Générale de la Création Artistique au titre du compagnonnage auteur.

Tarifs : 17 € (plein), 12 € (carte OFF), 10 € (réduit : chômeurs, -18 ans, étudiants, employés théâtres OFF, sur présentation de justificatifs)

À voir les jours impairs à Artéphile, à 14h55.

5 1 vote
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x