[ITW #OFF18] : Se promener en forêt avec la compagnie OKKIO

6 juillet 2018 /// Non classé

Isabelle Lega et Eric Dubos forment, depuis 2010, la compagnie OKKIO. Ils présentent Dans ma forêt, une bulle poétique essentielle pour les tout-petits et les plus grands. Laissez-vous guider. Rencontre. 

La compagnie est connue du public avignonnais pour être présente sur le territoire. Isabelle Lega et Eric Dubois offrent aux tout-petits et aux parents des occasions de vivre des moments doux et suspendus comme il est rare d’en vivre aujorud’hui. Le titre de leur dernière création, Dans ma forêt, convoque chacun cheminer et à vivre une expérience sensorielle.

Des spectacles pour tout-petits

Vous êtes spécialisés dans le créneau des spectacles pour les tout-petits. Comment vous est venue cette envie ?
Isabelle Lega : Nous avions monté, en 2001, notre premier groupe. On voulait faire de la chanson française et nos chansons ont plu énormément aux enfants.
Eric Dubos : Je faisais également des bals pour enfants.
I. L. : Je jouais, en parallèle, pour avec une compagnie jeune public. On avait créé une sieste musicale pour Font’Arts. J’ai remplacé un ami pour une de ces rencontres. À la suite de cela, je me suis formée chez Enfance et musique, un organisme spécialisé dans l’éveil culturel et artistique pour les enfants, et cela a été la révélation. Ce pourquoi on s’est dirigé vers la petite enfance car il y a une place folle pour l’imaginaire. C’est magique de jouer devant des tout-petits.
E.D. : C’est aussi un public spontané et c’est très bien.

Vous avez donc créé votre cie OKKIO en 2010.
I. L. : Notre premier spectacle s’intitulait Aqua. Nous avons été programmé dans le cadre de Festo pitcho en 2012. Pour Bulle, la seconde création de la compagnie, nous avoisinons les 200 présentations. Nous avons repris, dans ce spectacle, certaines chansons de notre groupe ! Il y a eu également la création de Neiges, une adaptation du conte d’Andersen, La Reine des Neiges. Et maintenant Dans ma forêt.

Comment fait-on pour définir l’âge d’un spectacle ?
I. L. : Ce n’est pas facile. Tout dépend de l’écriture du spectacle, des compositions. On crée tout d’abord l’imaginaire visuel. Après, on a une vision générale du spectacle et là on peut proposer.

Avec Dans ma forêt, retour à la nature

Comment avez-vous procéder pour Dans ma forêt ?
E.D. : On avait envie de parler du thème de la forêt, de la nature sur un sens large. Nous nous sommes beaucoup documentés. À partir de ce moment, on a commencé à composer les chansons.
I. L. : La création du parcours sonore et sensoriel autour des sons de la forêt a été le déclencheur du spectacle. Il s’agit d’un parcours au son des bois. L’enfant et l’adulte se retrouvent en immersion. Il n’y a pas de texte. La déambulation se fait en musique et en sensations.
Pour ce spectacle, nous sommes vraiment partis de la question du souvenir qui est très forte chez Eric et moi. Nous avons grandi dans des régions différentes et chacun a son propre souvenir de sa forêt. Nous avons eu envie de partager cela au plateau.

Dans ma forêt est une proposition très poétique. La simplicité qui se dégage du spectacle convoque l’imaginaire.
I. L. : Il faut savoir que le tout-petit ne conceptualise pas le monde jusqu’à ses 2-3 ans. Tout est de l’ordre de la sensation. Et effectivement, la simplicité, C’est ce que l’on aime.
E. D. : On voulait une approche très simple de la forêt. Nous ne voulions pas spécifier un continent.

Selon vous, pourquoi Dans ma forêt parle autant aux adultes ?
E.D. :  Parce que nous nous sommes tous baladés dans des forêts. Peut-être que les parents, à travers les yeux de leurs enfants, se font une petite rétrospective de leur enfance. Il est vrai aussi que de voir son enfant émerveillé ouvre un canal de sensibilités. 

Le titre invite à ce que chacun se crée sa propre forêt.
I. L. : Oui, et c’est le but. On voulait être des passeurs de sensations. Nous sommes allés chercher l’enfant en nous et c’est peut être cela qui touche l’adulte.

Sans dire que Dans ma forêt est une fable écologique, on peut y penser.
I. L. : Ce n’est pas le but premier. Après, si les gens sont sensibilisés, si on peut donner envie aux gens d’aller en forêt, c’est gagné.

Propos recueillis par Laurent Bourbousson
Crédit Photo : Cie OKKIO

Dans ma forêt, de et avec Isabelle Lega et Eric Dubos | Regard extérieur : Thierry Otin, Claire Philippe | Régisseur : Guillaume Rolland
À l’Archipel Théâtre du 6 au 29 juillet (relâche les mardis), à 10h. Spectacle à partir de 18 mois.
Site de la compagnie : ici.