Sur les chemins du #OFF17 : Fragments d’Elle de Jeanne Feydel

26 juin 2017 /// Les interviews

Jeanne Feydel crée Fragments d’Elle, un voyage extraordinaire qu’elle partagera au Ciné XIII Théâtre à Paris, le 27 juin, avant sa venue au Théâtre de l’Observance (Avignon), durant le Festival Off, en juillet. En préparant le #OFF17, interview.

Jeanne Feydel, vous créez au Ciné XIII Théâtre à Paris, le 27 juin, avant votre venue au OFF à Avignon, Fragments d’Elle. Pouvez-vous nous raconter son histoire ?
Jeanne Feydel : Fragments d’Elle raconte la traversée d’une jeune femme, Olympe, qui va faire la rencontre d’un être bien particulier au regard bienveillant. Il va l’aider à se libérer de ses blessures passées, à revivre des souvenirs qu’elle a enfoui dans sa mémoire, afin qu’elle soit elle-même, l’invitant au lâcher prise pour qu’elle vive l’instant présent.

Est-ce que l’on pourrait apparenter cet être particulier à un ange gardien ?
Jeanne Feydel : Je peux laisser le public faire son propre choix. Il est vrai que l’on peut parler d’ange gardien, de guide spirituel ou même d’animal totem… Le message que je souhaite faire passer est que tout est en nous pour que chacun puisse avancer correctement et qu’il faut accepter de se regarder soi-même à un moment donné pour permettre cela et être heureux dans la vie.

Quel a été le déclic pour passer à l’écriture d’un tel texte ?
Jeanne Feydel : J’écris depuis pas mal d’années mais plus de la poésie et cela fait 2 ans que je pense à ce “Seule en scène”. La trentaine arrive et je me retrouve avec des choses à raconter. J’ai eu un déclic, il y a un an, suite à un week-end chamanique durant lequel j’ai rencontré mon animal de pouvoir, qui ne me quitte plus depuis ! Fragments d’Elle est l’histoire de ce voyage extraordinaire que j’ai fait, qui est une réalité chez moi et qui peut l’être pour toutes personnes qui vivent leur quotidien par le prisme de la spiritualité.

Comment cela se traduit-il sur le plateau ?
Jeanne Feydel : Il y a un très beau travail sur l’image, réalisé par Ana Vega, qui a été conçu spécialement pour le spectacle. C’est autant un spectacle visuel que vivant. J’ai aimé travailler ces deux matières : l’art vivant et l’art visuel.

Cette idée d’écriture vient du temps « chamanique » que vous avez vécu. Le titre Fragments d’Elle avec ce pluriel renvoit à l’idée que l’être humain est kaléidoscopique. Est-ce que toutes les personnes peuvent se retrouver dans le texte ?
Jeanne Feydel : À travers mes souvenirs, je traite de beaucoup de sujets, comme l’humiliation, l’abandon, le rejet, qui empêchent le personnage d’être vraiment elle à un moment de sa vie et de pouvoir être heureuse. Je les traite avec beaucoup d’autodérision et de légèreté. Beaucoup de personnes sont amenées à vivre ces genres de situation et nous pouvons nous relever de tout cela lorsque l’on accepte de se regarder soi. On a des ressources que l’on ne soupçonne même pas.

Si on doit classer le spectacle dans une catégorie pour le public, est-ce l’on peut dire que c’est un One woman show spirituel ?
Jeanne Feydel : Je ne parle pas d’un One woman show car il s’agit d’une véritable traversée d’un personnage tout au long du texte, avec un début et une fin. Je ne pense pas être une humoriste née même si je peux faire rire. En plus, je pense que je ne saurai pas le faire et j’admire celles et ceux qui y arrivent. C’est pour cela que je parle d’un Seule en scène. C’est une comédie profonde spirituelle.

Vous écrivez de la poésie, qui est une forme courte. Comment êtes-vous passée à l’écriture d’un spectacle d’une heure ?
Jeanne Feydel : Je l’ai fait sereinement. L’envie, le besoin et la nécessité de raconter ont fait que je me suis mise à écrire sur une page blanche avec une grande envie d’aller au plateau pour le dire. C’est la nécessité de s’exprimer, en fin de compte.

Deux questions à Sarah Lefèvre, la metteure en scène

Comment avez-vous travaillé avec Jeanne Feydel à la mise en scène de ce spectacle ?
Sarah Lefèvre : Jeanne avait une grande idée de la mise en scène. J’ai fait tout un travail d’accompagnement, de coaching, pour qu’elle réponde au mieux à son écriture. J’ai été un guide, si on peut dire ça, dans la construction de son spectacle.

Par rapport au sujet de la pièce, il faut qu’il y ait une véritable symbiose entre elle et vous ?
Sarah Lefèvre : Oui et pour moi, ça a été une véritable traversée. Je connais très bien les pratiques chamaniques étant d’origine indienne. Je baigne dans les pratiques spirituelles depuis toute petite. Je pense que le travail de nos regards respectifs sur ces pratiques ont permis une création en fusion pour répondre au mieux à l’écriture du texte.

Laurent Bourbousson

Fragments d’Elle, à découvrir le 27 juin à 20h, au Ciné XIII Théâtre à Paris (XVIII°), et du 7 au 30 juillet 2017 à 20h (relâche le 13 Juillet), au Théâtre de l’Observance, Avignon.
Textes : Jeanne Feydel
Mise en scène : Sarah Lefèvre
Lumières et sons : La DBoite
Costume personnage : Edith Benjamin Baconnais
Vidéo : Ana Vega
Photos : Sabine Pigalle
Création musicale : Aurore Moutome – MIATH