OFF21 : Avec La chair a ses raisons, le corps fait œuvre

19 juillet 2021 /// Les retours - OFF - VU #OFF
5 2 votes
Évaluation de l'article

Mathieu Desseigne-Ravel (Naïf Production) présente son solo à l’Atelier (Manutention), une œuvre picturale aux contours métaphysiques. Retour.

Un son sourd accueille le public en salle. Tout le petit monde s’installe, échange des mots sur le programme de sa journée et attend que tout commence.

La porte vient de se refermer. Le temps s’écoule. La lumière ne faiblit pas. Cet instant est nécessaire pour ce qui va suivre. Il est un sas durant lequel le propre corps des personnes présentes se mettrait au repos. Un instant de recueillement pour se penser, pour prendre conscience de son enveloppe charnelle qui se trouve ici et maintenant.

Assis parmi le public, Mathieu Desseigne-Ravel attend le moment opportun pour se diriger sur le plateau. Sa démarche calme et sa présence font naître le silence le plus total. De dos, et c’est ainsi qu’il demeura tout le long, il ôte ses baskets, enlève son tee-shirt, son bermuda, son caleçon. Noir.

Mathieu Desseigne-Ravel livre sa chair dans ce solo. Véritable voyage pour le corps et l’esprit de chacun, c’est dans un clair-obscur que la masse se meut. Le corps prend des allures d’embryon, de formes plus ou moins définies, se contracte sous les muscles. Il pourrait être échappé du Jardin des délices de Bosch ou encore d’une peinture de Francis Bacon.

Ce corps dont il est question, fait de chair, devient alors une œuvre picturale le temps de cette proposition intense, douce et violente. Les lumières de Pauline Guyonnet et les créations sonores de Philippe Perrin servent merveilleusement cette dernière.

Cet objet chorégraphique invite à la réflexion. Il ouvre la porte aux questions métaphysiques auxquelles l’humanité, depuis la nuit des temps, tente de répondre. La chair a ses raisons dépasse ici le simple spectacle.

Vient alors la fin de ce moment suspendu intelligent et brillant. Le danseur-chorégraphe s’habille de dos et se dérobe par le lointain. Il demeure anonyme, tout comme il le fut durant les minutes de plongée dans le tréfonds de l’âme humaine.

Laurent Bourbousson
Crédit photo : ©Laurent Onde

Générique

La chair a ses raisons, jusqu’au 20 juillet, au CDCN Les Hivernales – hors les murs – 11h

Chorégraphie et interprétation Mathieu Desseigne-Ravel – Conseil artistique Sylvain Bouillet et Lucien Reynès – Regard extérieur Sara Vanderieck – Création lumière Pauline Guyonnet – Création sonore Philippe Perrin

5 2 votes
Évaluation de l'article
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x