[VU] Le garçon qui ne parlait plus, un conte pour les enfants et les grands.

1 novembre 2019 /// Les retours

La compagnie O’navio, sous la houlette d’Alban Coulaud, a passé commande auprès de Thomas Gornet pour sa nouvelle création. Cela donne le conte Le garçon qui ne parlait plus. Retour.

Il était une fois, le garçon qui ne parlait plus

Le spectacle commence par Il était une fois. En somme, cela est logique puisque les comédiens – 3 au plateau  : Nadine Bèchade, Élise Hôte et Paul Éguisier- vont conter l’histoire de Rödd, le garçon qui ne parlait plus.

Rödd est cet enfant qui vit dans ce village, où il est interdit d’être triste et de revendiquer quoi que ce soit. Ce qui s’apparente à être bénéfique pour le bien commun, l’est un peu moins pour celles et ceux qui auraient l’élan de faire vent debout contre l’ordre établi par les instances politiques de la bourgade. En effet, annuellement, les faiseurs de troubles sont purement rayés de la liste des habitants lors d’une fête dans la forêt. Oui, car dans tout conte qui se respecte, il y a une forêt !
On croise dans cette contrée, des autochtones aux lunettes à double foyer, de nouveaux arrivants et une bande de copains, dont fait parti Rödd. Il y a Mira, Célie, Canard et le dernier venu, Ovide, celui par qui la révolte va gronder.

La mise en scène

Voilà pour l’histoire. Il ne restait plus qu’à mettre en scène ce conte aux allures de dystopie, destiné aux enfants, tout en incluant les adultes. C’est ici que le savoir-faire de la compagnie O’navio excelle. Simon Chapellas, le Doc de la compagnie – on l’imaginerait bien dans un épisode de la série des films Retour vers le futur tant ses trouvailles techniques sont folles ! – , sert au plus près la mise en scène d’Alban Coulaud, qui recèle bien des surprises. Les mille et une astuces déployées font voyager le spectateur dans un monde imaginaire plus que crédible. Il est indéniable que cette nouvelle création de la compagnie est une pierre angulaire dans l’histoire de celle-ci. En effet, Le garçon qui ne parlait plus est du théâtre contemporain pour enfants et adultes, ne prenant pas les premiers et les seconds pour des imbéciles nés, un théâtre qui pose des réflexions profondes sur le monde d’aujourd’hui. S’il en est toujours ainsi du travail de la compagnie, avec ce dernier opus une frontière est franchie.   

Les interprètes

Entre la manipulation des objets-marionnettes, réalisées par Judith Dubois d’après les dessins d’Isabelle Decoux, les rôles des différents protagonistes et le fait de s’adresser au spectateur de façon directe, Nadine Bèchade, Élise Hôte et Paul Éguisier, l’heureuse équipe de ce conte, déploient toute une palette de jeu et s’amusent avec cette histoire. L’écriture est telle qu’ils font corps avec les mots. Chaque intonation renvoie à un personnage, à un sentiment, à une injonction, à une présence précise. Ils ont entre leurs mains la justesse du propos et c’est avec aisance qu’ils touchent juste.

On rit et on frissonne avec cette fable contemporaine. Les mots de Thomas Gornet, dans lesquels Alban Coulaud s’est glissé, racontent avec une simplicité désarmante notre monde, celui de la pensée unique, de l’omni-surveillance et du despotisme.
Alban Coulaud, à qui l’on doit Freaks et Pas de Loup entre autres, met en scène ce conte avec la ferveur qui le caractérise, celle de croire en l’intelligence du spectateur. Et on y croit.

Laurent Bourbousson
Visuels : Artéphile

Le garçon qui ne parlait plus a été vu en répétition générale, le mardi 30 octobre à Artéphile (Avignon) et a été créé le mercredi 31 octobre.

Générique

Texte Thomas Gornet|Mise en scène / Scénographie Alban Coulaud| Interprètes Nadine Béchade Élise Hôte Paul Éguisier|Univers graphique, Scénographie, Costumes Isabelle Decoux|Construction marionnettes Judith Dubois|Musique Originale Christophe Roche|Régie Simon Chapellas|Création Lumière Claude Fontaine

Site de la compagnie O’navio