Avec Ghazal, Marjory Duprés invite le regard à se porter ailleurs

16 septembre 2022 /// Les retours - OFF
5 1 vote
Évaluation de l'article

Notre rencontre avec la chorégraphe Majory Duprés – Cie Jours Dansants, date de 2019. Elle présentait alors son spectacle Des lustres durant le festival Off Avignon. 3 ans après, nous avons croisé de nouveau son chemin pour Ghazal (conversation avec une femme) en juillet dernier, un spectacle touchant, sensible et universel qui invite le regard à se porter ailleurs.

Ghazal sonne comme une invitation

Ce spectacle sonne comme une invitation, celle à s’évader, du moins par la pensée, de la salle dans laquelle nous sommes assis. Construit à partir de récits de femmes syriennes ayant fui la guerre, Marjory Duprés et sa soeur Tiffany tissent et créent une invitation au cœur d’un voyage sensible.

En effet, les trois interprètes fabuleuses que sont Ghita Serraj, Soleïma Arabi et Yasminee Lepe, sont les voix et les vécus d’Ebtesam, Lena et Afraa au travers de leurs histoires qui prennent vie petit à petit.

Tout s’installe par touches. Les scènes de vie du quotidien de la vie d’avant et du présent prennent formes et sont de véritables témoignages. La délicatesse avec laquelle la chorégraphe et anthropologue travaille, embrasse ses œuvres. Ici, elle est essentielle pour l’équilibre de cette propostion.

Les vidéos de Tiffany Duprés, projetées en fond de scène, deviennent des ouvertures sur un ailleurs que l’imaginaire confectionne au fur et à mesure des paroles et des actes qui se développent au plateau.

Les paroles et les corps, soigneurs de maux

La sororité qui se dégage de cette traversée devient une bouée à laquelle nous nous attachons pour mieux saisir les contours d’un ailleurs devenu un souvenir bien présent pour les exilé·e·s. Toutes et tous ont eu une vie confortable réduite à néant depuis leur exil.

La parole, les gestes, les regards ainsi que les corps en mouvement sont autant de témoignages que la musique de Guillaume Léglise souligne. Il accompagne cette fratrie inventée.

De ces actes individuels, on retient l’universalité des histoires racontées qui se répètent inlassablement de guerres en guerres, de massacres en massacres perpetrés au nom d’une idéologie et de pouvoir.

Une réflexion artistique

Ghazal, qui signifie poème lyrique mais pouvant se traduire également par parole amoureuse, apporte une réflexion profonde sur nos individualités au centre de dommages collatéraux qu’engendrent les conflits de toute part.

La création remplie ici un de ses rôles : mêler la réflexion à l’art pour déplacer nos regards sur un monde devenu instable.

Ghazal nous rappelle les souvenirs des populations opprimées dont les images figent à jamais une réalité qui (t’)enveloppe pour toujours. Une poésie nécessaire à notre survie dans ce monde devenu brutal.

Laurent Bourbousson
Photographie : Tiffany Duprés

Générique

Ghazal (conversation avec une femme) a été vu durant le Festival Off Avignon 2022 à La Factory – Salle Tomasi. Le site de la Compagnie Jours Dansants.
Écriture, mise en scène et chorégraphie : Marjory Duprés / Réalisation documentaire : Tiffany Duprés / Interprètes : Ghita Serraj, Soleïma Arabi, Yasminee Lepe / Accompagnées de Guillaume Léglise, musicien – interprète et compositeur / Dramaturgie : Sarah Di Bella / Scénographie : Marta Pasquetti / Création Lumières : Manuel Desfeux / Création vidéo : Nicolas Comte, Jean Baptiste Droulers / Costumes : Marion Xardel / Montage : Chaghig Arzoumanian / Régie sonore : Ronan Mansard

.

5 1 vote
Évaluation de l'article
1 Commentaire
plus anciens
plus récents
Inline Feedbacks
View all comments
Cattino
8 jours plus tôt

Très bel article
Ravie que ce spectacle aux écritures multiples et qui offre un panel de sensations soit si justement accueilli car du regard au corps, on traverse un tel condensé de subtilités liées, au croisement des pratiques et à un niveau d’exigence méta intelllectuel de conscience et de subjectivité qui nous plonge dans nos propres histoires personnelles et soudain on entend autrement le texte ….

Partager
1
0
Would love your thoughts, please comment.x