Le billet de Francis : En chemin de la compagnie SIC.12

25 novembre 2019 /// Les retours

C’est l’un des plus beaux spectacles qui nous a été donné de voir cette année. En chemin de la Compagnie SIC.12 – Gustavo Giacosa était programmé au Théâtre des Halles.

Le travail polymorphe de Gustavo Giacosa

Pas la peine de se demander si  c’est de la danse, du théâtre, une performance ou une installation.
Ce qui est intéressant, c’est justement ces frontières qui n’existent pas et qui font de cette boite noire le réceptacle de toutes les inventions de Gustavo Giacosa.
Devant nous sur le plateau, c’est une boite sans fond, sans bord, juste avec une fenêtre éclairée ou des mains noueuses et torturées essayent de se dénouer.
Suivent sans vraiment de lien des tirades de souvenirs, des allers-retours de 5 personnages, des images, des scénettes… nous y reviendrons.
On sait que Gustavo Giacosa a travaillé longtemps avec Pippo Delbono. On devine qu’il a su regarder les marginaux, les hors-normaux, les handicapés. Il s’en est inspiré, c’est certain.
Aujourd’hui, il s’en est complètement détaché. Il a  inventé son propre regard, son vrai langage. Il nous livre ainsi un long poème sur-réaliste, poétique, intrigant, magique aussi.

Le fil

Tout au long de ses pérégrinations, nous restons suspendus à un FIL. Un FIL ROUGE. Le FIL d’un FILS qui essaye de couper le cordon, dire à Papa et à Maman qu’il faut aller tout droit, à gauche, à droite et suivre ainsi sa route. Quitter la table ou il mangeait la soupe, arrêter de suivre leur chemin, devenir sourd et n’écouter que la musique jouée en live par Fausto Ferraiuolo.
Ce fil lié à la Madone (peut-être sortie d’un tableau de Pierre et Gilles) qui allaite avec des seins énormes ses 3 enfants qui se régalent… ce fil qui rappelle le Carnaval, les Masques…
Ce fil du fils qui n’a de cesse de se dérouler comme une vie difficile, qui s’emmêle pour finalement se briser….
Ce fil rouge qui sera remplacé par l’offrande d’une ceinture de cuir offerte par Fausto Ferraiuolo à Gustavo Giacosa comme gage de détachement, d’avancée. Ce don qui symbolise un détachement, une résilience, un nouveau départ sans doute, une façon qui permettra de retenir ce pantalon qui tout au long du spectacle glisse toujours.

Rarement une telle osmose entre ces cinq interprètes Gustavo Giacosa, Fausto Ferraiuolo, Francesca Zaccaria et Akira Inumaru, mais aussi Philippe et Kostia, deux comédiens fabuleux handicapés mentaux , merveilleux interprètes dont le plaisir et la jouissance irradient ce noir obscur, a été atteinte.
Piopo Delbono, Romeo Castellucci, Pierre et Gilles, l’art brut, le tout hors les normes…. ont enfanté un Magicien poète, un artiste exceptionnel, un être sorti d’un conte rare et magique…
Il va devenir à son tour le Maître de nombreux disciples…

Gustavo Giacosa, Fausto Ferraiuolo, Francesca Zaccaria, Philippe Marien, Kostia Botkine, Akira Inamaru, vous nous accompagnez pour toujours.

Francis Braun
Visuel : ©Amandine Nandrin

Générique

En chemin a été vu au Théâtre des Halles, le 21 novembre.
Retrouvez Gustavo Giacosa en interview ici. Le site de la Compagnie SIC.12

Conception et mise en scène Gustavo Giacosa|Musique originale interprétée sur scène Fausto Ferraiuolo|Interprètes Kostia Botkine, Fausto Ferraiuolo, Gustavo Giacosa, Akira Inumaru, Philippe Marien, Francesca Zaccaria|Conseiller artistique Philippe de Pierpont|Assistante à la mise en scène Gaëlle Marc|Création et régie lumière Bertrand Blayo|Création son Fausto Ferraiuolo|Régie son Antoine Boulangé